A 11:30 dans Apple, Asie, International

Alibaba investit 521 millions d’euros dans le smartphone

9
FEV
2015
Partager cette actu sur :

Alibaba se lance dans le marché du smartphone. Le géant chinois du e-commerce va investir 590 millions de dollars dans le fabricant de terminaux mobiles Meizu Technology. Samsung doit-il avoir peur ?

FacebookTwitter

Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne (qui a réalisé la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire en septembre dernier), veut diversifier ses activités. Après la télévision sur Internet, il part à l'assaut du marché des smartphones en investissant 590 millions de dollars, soit 521 millions d'euros, dans le fabricant chinois de terminaux mobiles Meizu Technology.

A l'instar d'Amazon, qui a tenté (difficilement) de se faire une place sur ce secteur en commercialisant son Firephone, Alibaba entend bien devenir un acteur important dans ce domaine en proposant ses smartphones via sa plateforme de e-commerce : les différents sites d'Alibaba "deviendront des canaux de distribution" pour les terminaux fabriqués par Meizu. Grâce à son investissement, Alibaba "fournira à Meizu ressources et soutien dans les domaines du commerce électronique, de l’internet mobile et de l’analyse de données afin de développer l’écosystème de ses smartphones".

Meizu Technology sera donc en charge de la fabrication du smartphone, mais c'est Alibaba qui s'occupera de la partie OS. Le Chinois a en effet développé son propre système d'exploitation mobile baptisé YunOS qui devrait équiper les prochains terminaux Meizu.

AlibabaEn mettant en place son propre écosystème, Alibaba pourra imposer sa plateforme de e-commerce à ses utilisateurs. Le mastodonte chinois se montre déterminé à se démarquer de la concurrence et pourrait bien bouleverser le paysage des télécoms dans les années à venir. Avec l'émergence des géants chinois tels que Huawei ou Xiaomi et désormais Alibaba dans le marché du smartphone, Samsung a de quoi s'inquiéter. Apple, qui a vendu plus d'iPhone en Chine qu'aux Etats-Unis en 2014, devrait en revanche pouvoir encore tirer son épingle du jeu.

Source : Les Echos
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus