Partager cette actu sur :

ICANN Paris 2008Avec le vote du Conseil de l’ICANN jeudi 26 juin à Paris, au cours de la 32ème réunion internationale de l’ICANN, la décision d’élargir le choix des extensions de noms de domaine à n’importe quel mot a été entérinée. L’organisme international apporte néanmoins quelques nuances à ses déclarations premières.

Nous vous en parlions en début de semaine (voir article), Paul Twomey, président de l’ICANN, avait profité de la 32ème réunion internationale de l’organisation qui se tenait pour la première fois à Paris, pour annoncer sa volonté de voir le choix des extensions de noms de domaines élargi à une multitude de mots. Cette décision a finalement été entérinée par le conseil de l’ICANN jeudi 26 juin par « un vote à l’unanimité » comme nous l’apprenne nos collègues de DomainesInfo. Néanmoins, elle ne sera pas applicable avant le deuxième trimestre de l’année 2009.

Paul TwomeyDans un communiqué posté sur son site web, l’ICANN apporte quelques précisions à ce projet d’expansion aux contours mal définis. Ainsi, on apprend que, contrairement à ce que laissait entendre Paul Twomey dans une interview aux Echos du 24 juin 2008, les noms de marque ne seront pas automatiquement réservés. Néanmoins, il sera possible pour les propriétaires de marques de faire objection à l’utilisation de leur nom. L’ICANN signale que leurs arguments seront « pris en considération ». Il paraît donc assez évident qu’il sera plus aisé pour de grandes marques de faire entendre leurs arguments que pour de petites structures.

Bouddha thaïDe plus, alors que Les Echos évoquaient la possibilité d’acquérir des extensions « .amour » ou « .haine », le président de l’ICANN avait déjà apporté quelques restrictions aux choix des extensions. Ainsi, il excluait d’emblée les noms de types « .kom » ou « .comm », trop proches des extensions existantes. Il promettait en outre qu’il ne serait pas permis d’usurper l’identité d’une communauté, même celle d’une « communauté bouddhiste ancestrale » du « fin fond de la Thaïlande » selon son propre exemple.

Le communiqué précise un peu les modalités d’acceptation des noms. En effet, les « noms offensants » pourront eux aussi faire l’objet d’une procédure de contestation qui s’appuiera sur « la morale et l’ordre publics ». Autant dire que le flou est total. Ces procédures seront menées par un organisme international autre que l’ICANN qui utilisera des critères tirés de traités internationaux.

Au final, il est à craindre que le fond de l’affaire ne soit qu’une histoire de gros sous. En effet, l’International Herald Tribune annonçait dans son édition du 22 juin que les prix de ces futures extensions pourraient varier entre 25 000 et 250 000 €. De plus, l’ICANN souhaite généraliser le procédé de ventes aux enchères en cas de litige. Il est donc prévisible que les mieux protégés seront les plus fortunés.

Alphabet arabeNéanmoins, il faut souligner un point incontestablement positif. En effet, le nouveau système devrait supporter plus que les 37 caractères romains actuels. Ainsi, les noms de domaines s’ouvriraient aux alphabets non latins tels que le cyrillique ou l’arabe. Cela modifiera peut-être une vision très centrée sur l’Occident et ouvrira assurément de nouveaux marchés « en Asie, au Moyen-Orient, en Europe de l’Est et en Russie ».

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+
Partager cette actu sur :

Logo ICANNUne petite révolution se prépare au niveau du nom des adresses Internet. L’organisation internationale chargée de la gestion des noms de domaine, l’ICANN, a annoncé à Paris la possibilité pour 2009 de créer une adresse Internet avec l’extension de son choix. Ainsi, des « .n’importequoi » pourront voir le jour sans aucune restriction.

ICANN Paris 2008L’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), organisme international de droit californien fondé en 1998 et responsable de la gestion des noms de domaine, tient du 22 au 26 juin 2008 sa 32ème réunion internationale à Paris. Ce genre de réunion a lieu trois fois par an sur un continent différent à chaque fois et est l’occasion pour les acteurs de l’Internet venus du monde entier de se retrouver et d’échanger.

Dès le début de cette manifestation, l’ICANN a frappé fort en annonçant la possibilité de choisir n’importe quelle extension d’adresse Internet à partir de 2009. Ainsi, il sera laissé à l’imagination des internautes le libre choix de l’extension de leur nom de domaine. Selon le PDG de Gandi, société spécialisée dans la vente de noms de domaine sur Internet, cité dans Les Echos, une telle mesure serait « un progrès pour faire d’Internet un outil mondial personnalisé ».

OrdinateurNéanmoins, beaucoup d’acteurs du secteur craignent de voir se multiplier à l’infini les conflits en matière d’attribution de noms de domaine. En 2007, le nombre de plaintes déposées pour cybersquattage (enregistrement abusif de marques comme noms de domaine sur Internet) a augmenté de 18 % par rapport à 2006 et de 48 % par rapport à 2005. Or, avec cette nouvelle mesure, les sociétés vont devoir se montrer extrêmement vigilantes et acquérir rapidement un grand nombre de nouveaux noms de domaine pour se prémunir contre les préjudices éventuels causés à leur image. En outre, afin de régler les différents litiges qui ne manqueront assurément pas d’éclater, l’ICANN envisage de généraliser la vente aux enchères des noms de domaine. Un moyen qui risque fort de provoquer une envolée des prix.

De fait, il semble bien que cette nouvelle mesure, annoncée sans consultation préalable, et qui prend tout un secteur économique de court, profite principalement à l’ICANN qui se rémunère sur chaque nom de domaine vendu dans le monde par le biais d’autres sociétés ou organismes. L’adresse « icann.neperdpaslenord » est-elle encore disponible ?

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation