Partager cette actu sur :

Commission européenne drapeaux europe L’austérité frappe aussi le déploiement de la fibre optique. La semaine dernière, les dirigeants européens ont voté pour la première fois un budget à la baisse pour les 7 prochaines années. Contrairement à ce qui était attendu, l’Europe ne consacrera qu’un milliard d’euros contre les 9,2 prévus pour le déploiement du très haut débit dans l’Union européenne.

Les perspectives annoncées par le très haut débit que ce soit en terme d’innovations ou d’emplois n’ont pas ému les dirigeants européens. Le budget européen pour les 7 prochaines années voté vendredi dernier ne prévoit d’octroyer qu’un milliard d’euros au volet numérique du plan « connecting Europe Facility » (infrastructures pour relier l’Europe).

Ce plan destiné à renforcer tous les réseaux (routiers, électriques et de télécommunications) prévoyait d’investir 50 milliards d’euros entre 2014 et 2020 dont 9,2 milliards rien que pour les réseaux haut et très haut débit. Avec cette enveloppe, l’Europe souhaitait stimuler les services numériques liés à ces technologies en équipant 45 millions de foyers et plus de 100 millions d’Européens.

La déception domine dans le secteur des télécoms

Neelie Kroes, commissaire européenne au numérique, a exprimé sur son blog sa profonde déception d’autant plus que ce milliard ne pourra être consacré qu’aux services numériques, en aucun cas aux réseaux. Toutefois, la commissaire européenne ne s’avoue pas vaincue et espère que la Banque européenne d’investissement qui vient d’obtenir une augmentation de capital de 10 milliards d’euros investira dans le haut débit.

Fibre optique et arobasePour le journal La Tribune, les télécoms subissent de plein fouet les coupes dans le budget européen et payent un lourd tribut. Pour Luigi Gambardella, président de l’ETNO, l’association des opérateurs historiques, «cette coupe budgétaire est une opportunité manquée pour le redressement économique de l’Europe, les réseaux de nouvelle génération pouvant jouer un rôle clé pour sortir l’Europe de la crise actuelle». Quant aux industriels ils sont encore plus sévère vis-à-vis des dirigeants européens. Pour le FTTH Council Europe fondé par Alcatel-Lucent et Cisco, cette décision illustre « le manque de compréhension des gouvernements européens de l’importance des réseaux à haut débit à l’épreuve du temps » au moment où d’autres pays (Etats-Unis, Asie, Australie) investissent massivement.

Si l’Europe n’a pas les moyens d’investir dans ses réseaux peut-être qu’elle sera en mesure de mettre en place une politique incitative pour les acteurs privés. Dans le cas contraire, elle prendra un retard difficilement rattrapable.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation