A 9:50 dans Bouygues Telecom

Free optimiste sur le déploiement de son réseau 3G

27
JAN
2014
Partager cette actu sur :

logo freeLe déploiement du réseau 3G de Free est encore au cœur des débats. Il y a quelques jours, Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom, envoyait une lettre à l’opérateur dans laquelle il soulignait son retard dans le déploiement du haut débit mobile. Free n’a pas manqué de rassurer Bouygues Telecom : en 2015, il couvrira 75% de la population en 3G, comme prévu.

FacebookTwitter

Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad et bras droit de Xavier Niel n’aura pas tardé à répondre au courrier de Bouygues Telecom. Il y a quelques jours, Olivier Roussat écrivait en effet une lettre au quatrième opérateur dans laquelle il fustigeait à demi-mots son accord d’itinérance en 3G avec Orange. Selon Bouygues Telecom, un tel accord ne l’inciterait pas à déployer son propre réseau. En 2015, Free devra couvrir 75% de la population en 3G, d’après un accord conclu avec l’ARCEP. Pour Olivier Roussat, la tâche s’annonce difficile. Au 1er janvier 2014, Free détenait 2 518 supports 3G en service, contre 10 528 pour Bouygues Telecom, 15 606 pour SFR et 17 059 pour Orange.

Observatoire ANFR - 3G

Free se veut rassurant « Je suis heureux de vous apporter par la présente une réponse rassurante. Nous exploitons déjà plus de 2 500 sites mobiles, auxquels s’ajouteront d’ici la fin d’année 2 000 sites en cours de production. Nous respecterons ainsi notre deuxième jalon règlementaire de déploiement 3G » indique Maxime Lombardini. Pour Free, il ne fait donc pas l’ombre d’un doute que son objectif sera atteint. Agacé par les multiples critiques dont il fait l’objet, le directeur général d’Iliad en profite pour tacler son confrère sur son propre déploiement : « Une telle attention me semble pour le moins décalée quand on sait que Bouygues Telecom n’a pas été capable en son temps de respecter son premier jalon règlementaire de déploiement 3G pourtant peu ambitieux ». Dans une interview accordée aux Echos, Lombardini rappelle d’ailleurs « qu’aucun des autres opérateurs n’a respecté la totalité de ses obligations initiales de couverture 3G ». Œil pour œil, dent pour dent Olivier Roussat accusait également Free de traîner les pieds pour déployer son réseau et d’avoir même manqué d’enthousiasme face à l’aide proposée par Bouygues Telecom. Free évoque des faits « erronés ». Les 6 700 sites proposés par Bouygues Telecom ne lui appartiennent pas souligne Maxime Lombardini : « Vous avez vendu une partie de vos pylônes à TDF, puis le parc résiduel à FPS, et vous n’êtes quasiment jamais propriétaire des toits terrasses en zone urbaine». Ainsi, Bouygues Telecom « n’a aucunement la capacité d’imposer à un bailleur tiers l’accueil d’équipements Free Mobile ». Free toujours enclin à une mutualisation des réseaux Accord poignée de mainsAlors que l’accord de mutualisation des réseaux entre SFR et Bouygues Telecom est plus que jamais d’actualité, le directeur général d’Iliad en profite pour faire savoir qu’il ne veut pas être exclu des discussions pour de mauvaises raisons. Il ajoute également que cette mutualisation « peut déséquilibrer le marché si elle laisse un acteur de côté ». Free sera-t-il entendu ?

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus