Partager cette actu sur :

IliadFree manque-t-il de flair ? Toujours est-il que les déclarations de Laurent Laganier, qui représentait Iliad, montrent une vision très réduite du très haut débit et de la fibre optique. Est-ce parce qu’il n’y croit pas que Free ne s’y plonge pas ? Ou est-ce au contraire un manque de moyens sur ce dossier qui pousse l’opérateur à adopter ce discours très conservateur ?

Parmi les interventions programmées à la plénière du GRACO qui s’est tenue mardi, celle de Laurent Laganier a été particulièrement remarquée. Le directeur de la réglementation et des relations avec les collectivités d’Iliad s’est montré très sceptique sur la nécessité de déployer un réseau FTTH aujourd’hui. L’opérateur privilégie clairement la piste de la montée en débit sur cuivre : « Ce qu’apporte le FTTH par rapport à un haut débit de bonne qualité à 10 Mb/s, c’est de la vidéo multi-écran en haute définition, pour faire simple. […] Sur l’ensemble des autres usages, nous avons le sentiment que le haut débit à 10 Mb/s est suffisant pour quelques années, voire une décennie. »

Fibre optiqueAutant dire que nous avons connu Free bien plus visionnaire en matière de prémonition d’usages du divertissement numérique. L’opérateur qui s’est montré l’un des plus innovants ces dernières années semble bien conservateur sur le dossier du très haut débit. La fibre optique se limite-t-elle à augmenter le débit descendant pour additionner les flux TV ? On pense, et surtout on espère, que le THD apporte bien plus que cela aux foyers.

Comme bon nombre d’acteurs le font remarquer au fil des colloques, salons et autres interventions publiques, l’un des principaux attraits du THD réside dans la symétrie du débit disponible. Si le FTTH multiplie le débit descendant par 8 ou 10, il permet surtout de passer de 1 Mb/s en voie montante en ADSL à 50 ou 100 Mb/s. Autant dire que cela transforme totalement la façon d’appréhender Internet et, avec la multiplication des réseaux sociaux, le terminal connecté devient autant émetteur que récepteur.

Outre le débit montant grandement amélioré qui permet de partager plus facilement photos et vidéos sur la toile, une connexion FTTH se montre 4 à 5 fois plus réactive qu’une connexion ADSL. En effet, le temps de réponse est réduit autour de 15 millisecondes là où le fil de cuivre dépasse difficilement les 50 millisecondes. Autant dire que les aficionados du jeu en réseau attendent de pied ferme le très haut débit pour exploiter au mieux leur PS3 et autres Xbox 360.

L’opérateur n’a visiblement pas les moyens d’honorer les objectifs qu’il s’était fixé en termes de déploiement de fibre optique et doit adapter son discours. Toutefois, réduire le très haut débit à un simple ajout de canal de télévision supplémentaire pour les foyers frôle la mauvaise foi. Les arguments avancés par Free sont peu convaincants et on sent que Laurent Laganier lui-même n’est pas convaincu. Si la fibre optique a les moyens de se passer de Free, il est dangereux pour ce dernier de faire l’impasse sur le très haut débit à l’heure où les concurrents s’y intéressent de près.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation