Partager cette actu sur :

BoxeAprès un début d’année mouvementé pour Free, Xavier Niel dresse un premier bilan de l’arrivée de l’opérateur sur le mobile lors d’une interview accordée au Figaro. Comme à son habitude, le dirigeant ne mâche pas ses mots.

Bilan de Free Mobile, relations avec la concurrence, blocage de la publicité : Xavier Niel revient sur ce qui a fait l’actualité de Free Mobile depuis un an par le biais d’une interview accordée au Figaro.

Le dirigeant indique que Free Mobile a terminé l’année avec près de 5 millions d’abonnés et claironne : « Free a réinventé le marché, divisé les prix par quatre, rendu près de 2 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux 65 millions de Français, libéré les usages qui explosent, mis en évidence le vrai prix du terminal. »

Toutefois, il se défend d’avoir affaibli le secteur en ce qui concerne l’emploi et l’investissement. Xavier Niel met en parallèle les 2 000 emplois créés par Free Mobile et les suppressions de postes chez SFR et Bouygues Telecom (1 400 au total) et en conclut que « le solde est positif ».

Free, un défouloir médiatique ?

Concernant le jugement rendu suite à la plainte déposée contre SFR, Xavier Niel déclare que Free fera appel de la décision. Il est clair que, depuis le départ, le subventionnement du mobile figure parmi les cibles privilégiées du trublion.

Businessman avec gants de boxeLui-même est attaqué par ses concurrents mais également par l’UFC Que Choisir qui vient de déposer une plainte contre l’opérateur pour « pratiques commerciales trompeuses ». A cela, Xavier Niel répond « Free est un punching-ball. Attaquer Free, c’est la certitude d’exister médiatiquement pendant quelques jours. Je pense qu’UFC l’a bien compris ! » Les critiques adressées à Free ne seraient donc que de l’opportunisme ? Pas si sûr.

Les difficultés d’accès à YouTube et les problèmes de débits rencontrés par les abonnés ne semblent pas découler d’une simple volonté d’être sous le feu des projecteurs. Xavier Niel reconnaît certains problèmes mais minimise la situation« Sur le streaming video et certains téléchargements en Ile-de-France aux heures de pointe, il a pu y avoir des débits insuffisants. » Il affirme travailler avec Orange pour améliorer les conditions d’utilisation. L’allumage des fréquences 900 MHz devrait notamment permettre une meilleure gestion du trafic.

Et Google dans tout ça ?

Pour ce qui est du bras de fer avec Google, Xavier Niel justifie sa position : « On ne cherche pas le partage des revenus, on demande juste que soit payée la quote-part, sans marge, du réseau qui est utilisé chez nous, quand un acteur, seul, accapare une grande partie des capacités. » Le blocage de la publicité s’inscrit donc dans cette revendication.

« Nous sommes les seuls à avoir eu le courage d’établir un rapport de force » affirme le fondateur de Free. Il n’est toutefois pas sûr que le duel trouve rapidement une issue favorable pour le FAI. Il faut d’ailleurs signaler que le blocage de publicité fait son retour dans une nouvelle mise à jour du Freebox Server. Toutefois, l’option n’est pas activée par défaut, l’abonné devra se rendre dans la console d’administration de la box ou dans son espace client pour modifier l’état.

Cette interview permet donc à l’opérateur de justifier ses choix concernant plusieurs dossiers mais rien de nouveau sous le soleil. Pour ce qui est des annonces, il faudra patienter encore un peu. Xavier Niel indique bien avoir quelques innovations sous le coude pour 2013 mais aucun détail n’a été dévoilé pour le moment.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation