FacebookTwitterGoogle+

Logo de Free MobileL’Agence nationale des fréquences a remis son rapport définitif sur la couverture effective des réseaux de Free Mobile sur l’Hexagone. Après avoir contrôlé l’intégralité des stations mises en service, l’ANFR conclut que le nouvel entrant couvre plus de 30 % de la population métropolitaine. Ce rapport devrait, cette fois-ci, satisfaire Xavier Niel.

Dès les premiers jours qui ont suivi le lancement de Free Mobile, tous les opérateurs ont contesté la couverture de son réseau. Suite à cette polémique Eric Besson avait commandé un rapport sur la couverture effective du réseau du nouvel entrant. Début mars, tout en remettant en cause les méthodes de mesure de l’ARCEP, l’ANFR, Agence nationale des fréquences, a publié un premier rapport qui relevait un ralentissement du déploiement du réseau de Free.

Vendredi, l’ANFR a publié un rapport définitif sur la couverture du nouvel entrant. Ce dernier plaide nettement en faveur du nouvel entrant. Selon le gendarme des fréquences, fin mars, Free mobile disposait au total 1 770 stations en projet ou en service. Sur les 979 stations mises en service, 781 ont été contrôlées et toutes « ont rendu un service de voix et de transmissions de données. »

antenne relaisL’ANFR fait le même constat qu’Orange, le réseau de Free Mobile ne couvre pas les zones de forte densité. « Les cartes indiquent que Free Mobile a implanté de nombreuses stations de manière espacée. La simulation de couverture réalisée à partir des caractéristiques de ces stations permet d’estimer que ce réseau présente le potentiel de couvrir 30,8 % de la population métropolitaine. » Avec un tel résultat, Free Mobile se situe donc bien au-delà des 27 % de couverture exigés par l’ARCEP pour pouvoir obtenir sa licence.

En outre, l’ANFR confirme bien que la majorité des communications se font sur le réseau d’Orange, qui dit en supporter 97 % sur ses infrastructures. « Au stade actuel du déploiement de son réseau, la plus grande part des appels des abonnés de cet opérateur apparaît prise en charge par Orange. », stipule le rapport.

Si les concurrents de Free Mobile doivent grincer des dents à la lecture de ce rapport, Xavier Niel, peut se réjouir puisque l’ANFR confirme les efforts déployés par Free pour améliorer son réseau mobile. A ce rythme, Free Mobile devrait parvenir à ses objectifs, à savoir couvrir 45 % de la population fin 2012 avec ses infrastructures et prendre en charge 25 % des appels. Enfin, il faut reconnaître que l’amélioration de la couverture par Free Mobile et le doublement du montant du contrat d’itinérance avec Orange ont fortement amélioré la qualité des communications.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation