Partager cette actu sur :

Logo googleLa taxe Google pourrait finalement voir le jour. C’est du moins ce qu’a laissé entendre François Hollande lors de ses vœux à la presse. En effet, si les discussions entre Google et les éditeurs de presse français concernant le paiement de droits voisins du droit d’auteur n’aboutissent pas avant la fin du mois, le gouvernement pourrait emprunter la voie législative pour régler le conflit.

Les tensions sont fortes entre Google et les éditeurs de presse français. Malgré le délai supplémentaire accordé par le gouvernement, les négociations autour du paiement de droits voisins du droit d’auteur pourraient ne pas aboutir d’ici à la fin du mois. Google refuse en effet de s’acquitter de cette somme alors que les éditeurs de presse estiment qu’il est normal que l’entreprise américaine les rétribue, au vu des bénéfices engrangés à partir de leurs contenus.

François Hollande, lors de ses vœux à la presse, s’est exprimé sur la question et, allant dans le sens des propos tenus par la ministre de la culture et de la communication sur BFMTV, le Président de la République a déclaré qu’il est « normal que ceux qui tirent profit de l’information produite par [le travail des éditeurs de presse] participent à sa prise en charge » avant de préciser que « si les négociations avec les éditeurs de presse n’aboutissent pas, il y aura une disposition législative ou fiscale ».

journauxGoogle pourrait donc voir une partie de ses recettes publicitaires taxées afin de rétribuer les organes de presse dont il agrège les contenus à partir de son moteur de recherche. Cette « taxe Google » est un serpent de mer qui traîne dans les cartons depuis plusieurs mois déjà.

Néanmoins, la firme de Mountain View, confrontée à un problème similaire dans d’autres pays européens comme la Belgique ou l’Allemagne, a d’ores et déjà mis en garde les éditeurs de presse français : si elle se voyait imposer une telle taxe, elle arrêterait purement et simplement d’agréger les contenus de la presse française. Devant une telle menace, la résolution du conflit semble bien difficile.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation