Microsoft abolit la barrière de la langue avec Skype Translator

16
DEC
2014
Partager cette actu sur :

Nos enfants vont-ils pouvoir se passer d’apprendre des langues étrangères ? Microsoft lance Skype Translator, une fonctionnalité d’ interprétariat lors de visioconférence.

FacebookTwitter

Si un jour cette technologie devient mature, elle engendrera une véritable révolution mettant un terme à une légende biblique de la Genèse où Dieu aurait dispersé les hommes en créant les langues.

Aujourd’hui, Microsoft a annoncé qu’il lançait le programme Skype Translator preview, un test du programme de traductions en instantanée des conversations lors de visioconférences. Ce programme commencera avec deux langues : l’espagnol et l’anglais. Cependant, Microsoft annonce que 40 langues seront disponibles pour la messagerie instantanée.

Pour son lancement, Skype Translator sera accessible aux utilisateurs équipés de la version 8.1 de Windows. Pour y participer il faut s’inscrire sur cette page.

Comment ça marche ?

Skype Translator vous donne la possibilité de parler à un étranger sans connaître sa langue. Dès que vous lui parler que ce soit lors d’une conversation téléphonique ou lors d’une visioconférence, Skype translator traduit simultanément les paroles en anglais ou en espagnol. Pour la messagerie instantanée 40 langues sont disponibles.

Microsoft a procédé à une démonstration dans deux classes de primaires, une située aux Etats-Unis et une autre située à Mexico. Les premiers résultats sont encourageants, toutefois les phrases employées sont plutôt basiques et les enfants parlent clairement. Il serait intéressant de voir fonctionner Skype translator en conditions réelles avec des personnes parlant rapidement et avec un accent.

Une chose est certaine, la révolution de la traduction virtuelle instantanée est en marche et Microsoft prend une petite longueur d'avance sur Google. Il y a un an, Google avait annoncé travailler sur un smartphone disposant d’un traducteur instantané et être proche de 100% de réussite. Mais depuis plus rien. Nous attendons donc la réplique de Google.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus