A 9:47 dans Huawei, Internet, Marques

Motorola accuse Huawei d’espionnage

26
JUIL
2010
Partager cette actu sur :

HuaweiMotorola attaque Huawei en justice et l’accuse de lui voler des secrets technologiques depuis une dizaine d’années. Selon l’équipementier américain, certains de ses anciens employés auraient transmis des données confidentielles à la direction du constructeur chinois. Huawei qui avait déjà été accusé d’espionnage industriel par Cisco en 2003, dément formellement ces accusations.

Quand les équipementiers télécoms chinois s’attaquent au marché des Etats-Unis, les leaders américains entendent bien défendre leur chasse gardée. Huawei, l’équipementier télécoms chinois qui est en passe de vendre du matériel pour l’extension du réseau sans fil haut débit de Sprint Nextel, le troisième opérateur téléphonique des Etats-Unis, fait l’objet d’une plainte par Motorola pour espionnage industriel. Le constructeur de réseaux et de téléphones mobiles qui vient de vendre sa division équipements télécoms et réseaux à Nokia, n’entend pas se laisser faire.

Armée chinoiseAprès Google qui a eu maille à partir avec la Chine, c’est au tour de Motorola de se frotter aux méthodes chinoises. La firme américaine, poursuit en justice son concurrent chinois. Elle l’accuse de lui voler depuis des années, des données confidentielles sur ses équipements de téléphonie mobile qu’il aurait obtenues par d’anciens employés.

Le fabricant américain cite l’exemple d’un de ses employés, Shaowei Pan, qui aurait transmis pendant des années des informations sensibles au fondateur d’Huawei en personne, Ren Zhenfei, un ancien ingénieur de l’Armée populaire de libération. Pan aurait ensuite quitté la multinationale américaine pour fonder sa propre entreprise, Lemko corp, elle aussi soupçonnée de voler des informations confidentielles.

Huawei a vigoureusement réagi et a déclaré que ces accusations étaient « totalement sans fondements ». Dans un communiqué adressa à l’AFP, Huawei a dit : « Huawei respecte beaucoup les droits des détenteurs de propriété intellectuelle et défendra avec une égale vigueur ses droits de propriété durement gagnés.»

logo CiscoCe n’est pas la première fois que le constructeur chinois est montré du doigt en matière d’espionnage industriel. En 2003, Cisco avait aussi accusé Huawei d’avoir copié un des ses logiciels pour diriger le trafic internet. Mais la firme de San Francisco avait abandonné ses poursuites après que Huawei avait accepté de modifier ses routeurs et ses commutateurs.

C’est une guerre sans merci que se livrent les équipementiers télécoms à travers le monde, mais lorsqu’il s’agit de leur territoire, les américains savent eux aussi manier l’art du protectionnisme. En 2008, Huawei avait dû renoncer à acheter 3com (racheté depuis par HP) en raison de l’opposition d’une commission gouvernementale américaine. La justice américaine donnera-t-elle raison à Motorola ?

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus