FacebookTwitterGoogle+

Smartphone solaire WysipsSi les constructeurs de smartphones ne cessent de repousser les limites technologiques de nos terminaux mobiles, ces derniers sont désormais limités par l’autonomie de la batterie. Aux Etats-Unis, une équipe de chercheurs travaillent sur un nouveau type de batterie qui pourrait être à l’origine d’une révolution pour les périphériques nomades.

Imaginez un smartphone avec une autonomie d’un mois ou rechargeable en quelques secondes ! Ce scénario pourrait bien devenir un jour une réalité. Dans un laps de temps très court, les terminaux mobiles, smartphones et tablettes ont réalisé d’énormes progrès et leurs applications semblent infinies. Toutefois, ils possèdent un talon d’Achille : l’autonomie de la batterie. Le problème du stockage de l’énergie bride énormément ces terminaux mobiles.

Si en France des chercheurs travaillent sur une solution solaire, des chercheurs américains ont planché sur une autre piste. Des chercheurs de l’Université de l’Illinois à Urban Champaign pourraient bien révolutionner l’usage des smartphones avec une nouvelle batterie lithium-ion 2 000 fois plus puissante que celles d’aujourd’hui. Cette nouvelle technologie délivrera une puissance inégalée à ce jour. Actuellement il faut faire un choix entre la puissance et la quantité d’électricité. Or, certaines applications récentes nécessitent les deux, c’est ce que promet de faire cette nouvelle génération de batteries.

Si certains pensent que ces batteries demanderont des temps de charge très long, ils se trompent. Ces batteries seront capables de se recharger 1 000 fois plus rapidement que les actuelles car elles seront 30 fois plus petites. Ces batteries tirent leur performance de leur microstructure interne en trois dimensions. Elle pourrait permettre de recharger un smartphone épais comme une carte de paiement en quelques secondes.

Aujourd’hui, les chercheurs en sont à la phase de l’intégration de ces batteries dans différents appareils électroniques. Il est fort probable que cette technologie mette du temps à se démocratiser car les chercheurs ne communiquent ni sur son coût ni sur une date de lancement.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation