A 16:17 dans Fibre optique

Pas assez d’argent pour la fibre chez Telecom Italia

16
SEP
2008
Partager cette actu sur :

Ruines du forum de RomeLe groupe de télécommunications Telecom Italia, endetté à hauteur de 37 milliards d’euros, n’a pas, dans l’état actuel des choses, les moyens d’investir dans un réseau de fibre optique en Italie.

Le président de l’AGCOM (Autorità per la Garanzie nelle Comunicazioni), l’autorité de régulation italienne, estime qu’il faudrait investir de 8 à 15 milliards d’euros pour bâtir un réseau très haut débit en fibre optique sur la péninsule transalpine.

Au vu de la situation financière du premier opérateur italien, qui croule sous 37 milliards de dettes, le président de l’autorité de régulation, Corrado Calabro, ne croit pas que Telecom Italia ait les moyens de « consacrer les sommes nécessaires aux investissements » et appelle les pouvoirs publics à se montrer d’une extrême vigilance sur le sujet.

Logo Telecom ItaliaEn effet, la crise financière que traverse actuellement Telecom Italia alimente abondamment les colonnes des journaux italiens. Le bruit a couru dernièrement que le groupe pourrait abandonner ses activités de téléphonie mobile. Dans son édition du 16 septembre, la Repubblica annonçait avoir eu vent d’une séparation totale de ses activités réseau.

Cette mesure, appelée « spin-off », consisterait à transformer l’infrastructure en une société filialisée, dans laquelle pourrait entrer de nouveaux investisseurs, et notamment des investisseurs institutionnels. Elle se différencierait en cela de la création de la filiale Open Access, qui n’impliquait qu’une séparation des activités du groupe en interne, sans faire appel à de nouveaux capitaux extérieurs (voir article).

Salle de réunionNéanmoins, le groupe de télécommunications italien a démenti par communiqué de presse toutes ces rumeurs, les qualifiant de « spéculations journalistiques ». La direction de Telecom Italia devrait se réunir le 25 septembre prochain et le nouveau plan industriel du groupe ne sera pas dévoilé avant la fin de l’année.

Malgré les récriminations de Telecom Italia, le bilan du premier semestre 2008 laissait déjà paraître une situation délicate, sinon alarmante (voir article). Les mauvais chiffres du groupe en Italie impactent directement ses activités internationales. Ainsi, après avoir vendu Telecom Italia France à Iliad, le groupe devrait se séparer de sa filiale allemande (voir article) alors que TIM au Brésil connaît un réel ralentissement de croissance.

Dans ce contexte de perte de vitesse généralisée, il est en effet difficile d’imaginer que l’opérateur soit en mesure de déployer un réseau FTTH.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus