A 14:14 dans Fibre optique

THD : 40 000 emplois pour accélérer le déploiement de la fibre optique

29
JUIN
2016
Partager cette actu sur :

A l’occasion de la 3ème conférence annuelle du Plan France Très Haut Débit, le gouvernement, les collectivités territoriales et les industriels des réseaux d’initiative publique ont signé une convention pour créer 40 000 emplois d’ici cinq ans afin de tenir l’objectif d’une France couverte à 100% en très haut débit d’ici 2022.

FacebookTwitter

Le déploiement du très haut débit en France est une réalité. Chaque jour, de nouvelles communes voient leur débit augmenter, qu'il soit mobile ou fixe, et les engagements pris il y a trois ans par les pouvoirs publics et les opérateurs se concrétisent. En 2017, 3 000 communes rurales bénéficieront d'une meilleure couverture mobile et la France est sur un rythme de 1 million de prises en fibre optique posées chaque année. Aujourd'hui, 100 départements sont impliqués dans le déploiement du très haut débit et 67 projets de RIP (réseaux d'initiative publique) sur plus de 80 ont obtenu un financement.

Élus et opérateurs sont mobilisés sur les deux fronts du très haut débit : celui du l'Internet fixe et mobile.

Emmanuel Macron lors de la Conférence Plan Très haut débit

40 000 emplois en 5 ans pour la fibre optique

D'ici 2017, 1 600 communes actuellement très mal couvertes, voire pas du tout, seront couvertes en Internet mobile et le recensement des bourgs non couverts continue. D'ailleurs, 14 millions d'euros vont être débloqués pour financer les infrastructures. Pour accélérer la couverture mobile en zones rurales le nombre de sites prioritaires passera de 800 à 1 300.

Cependant, pour atteindre l'objectif d'une France couverte à 100% en très haut débit d'ici 2022, les opérateurs se heurtent au manque de personnel formé.

Pour faire face à ce défi, Emmanuel MACRON, Ministre de l’Économie, de l'Industrie et du Numérique, Axelle LEMAIRE, Secrétaire d’État chargée du Numérique, Étienne DUGAS, Président de la Fédération des Industriels des Réseaux d'Initiative Publique (FIRIP) et Philippe RICHERT, Président de l'Association des Régions de France (ARF) ont signé une convention qui a pour objectif central la formation de 4 000 personnes.

La construction des réseaux, leur exploitation, la réalisation des raccordements terminaux va générer de forts besoins en formation sur l'ensemble du territoire.

Dans l'Observatoire des RIP 2016 FIRIP/CDC, réalisé par IDATE Consulting et présenté en avril dernier, la FIRIP estimait les besoins en formation et emplois dans la filière d'ici 5 ans à 30 000. Ils ont été revus à la hausse depuis, suite à un important travail de recensement et de recoupement statistiques réalisé par la fédération auprès de ses membres. Ce sont finalement 40 000 emplois et formations qui sont en jeu, répartis équitablement entre les zones d'initiative publique et privée : 13 000 créations de postes et 27 000 reconversions.

Comment faire venir les opérateurs nationaux sur les RIP

Si le manque de personnel est un frein au déploiement de la fibre optique il est loin d'être le seul. Patrick CHAIZE, président de l'AVICCA, appelle à lever les freins à la construction et à créer une dynamique concurrentielle pour accélérer l'arrivée commerciale de la fibre optique. Sur ce dernier point, il lance un appel aux opérateurs nationaux pour qu'ils viennent enfin sur les RIP. « Et bien sûr, au premier rang de nos préoccupations, l’arrivée de tous les opérateurs, à clientèle grand public ou professionnelle, sur tous les RIP. L’ARCEP, à notre demande, a quantifié le retard dans son dernier observatoire. La présence des opérateurs nationaux est deux fois inférieure sur les RIP à ce qui se pratique en zone rentable. »

Conférence plan THD

Les opérateurs s'engagent

Appel semble-t-il entendu puisque d'Orange à Free en passant par Bouygues Telecom et SFR, tous ont annoncé qu'ils viendraient commercialiser leurs offres sur les réseaux d'initiative public à terme.

Michel Paulin, directeur général de SFR, s'est montré rassurant sur l'avenir de son groupe. Reconnaissant les retards pris par SFR, il a annoncé que l'opérateur avait travaillé sur la rénovation de son réseau en fibre optique avec terminaison coaxiale  et SFR était le premier exploitant de RIP en France notamment sur le SIEA. En 2016, SFR aura investi plus de 2 milliards d'euros.

Quant à Bouygues Telecom, Didier Casas a rappelé que Bouygues Telecom était arrivé en dernier sur la fibre optique et s'est montré très critique envers les modes d'incitations réclamés par Patrick CHAIZE, notamment sur sa volonté de modifier les coûts d'accès à la boucle locale cuivre selon les zones. Bonne nouvelle pour les habitants présents sur les RIP déployés par Axione, Bouygues Telecom devrait prochainement proposer ses offres.

Du côté de Free, Maxime LOMBARDINI, directeur général d'Iliad, bien qu'évasif sur la question de la fibre optique a montré que c'était un sujet de préoccupation pour l'opérateur : « si un opérateur n'investit pas sur la fibre optique, il a vocation à disparaître » a-t-il déclaré. Si Free est en discussion avec les RIP, il semblerait que l'opérateur attende des clarifications sur les modalités de distribution des offres.

Enfin, Orange représenté par Pierre LOUETTE, a confirmé son investissement massif dans le déploiement de la fibre optique y compris sur les RIP. Par ailleurs, Orange a confirmé son implication dans les opérations de montée en débit avec la fibre jusqu'au village, ultime étape avant le FTTH, fibre jusqu'à l'abonné.

Vers de la 4G domestique en France ?

Il y a deux ans, Orange et Bouygues Telecom testaient la 4G domestique avec l'expérimentation « Villages Numériques ». Ce projet consistait à fournir une connexion Internet à un foyer privé de connexion fixe en passant par le réseau 4G. Alors que cette solution semblait être tombée aux oubliettes, Pierre LOUETTE a annoncé qu'Orange allait la proposer à certains foyers. Toutefois, on ne sait ni où, ni quand et ni comment cette offre 4G domestique sera commercialisée. Il est fort probable que les choses s'accélèrent puisque d'autres opérateurs comme WiBox se penchent sur ce procédé pour apporter du très haut débit en zones blanches.

Le chemin vers une France couverte à 100% en Très Haut Débit est semé d'embûches mais hier, élus, opérateurs et industriels ont montré que les choses avançaient et que la France a pris le train du très haut débit à temps.

Pour savoir si vous êtes éligibles à une offre en fibre optique vous pouvez réaliser un test d'éligibilité sur DegroupTest.com

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus