A 11:03 dans Internet

Taxe Internet en Hongrie : l’Europe suivra-t-elle ?

28
OCT
2014
Partager cette actu sur :

Hier, plus de 10 000 Hongrois ont manifesté devant le ministère de l’Economie. L’objet de leur courroux : un projet de taxe sur l’utilisation d’Internet.

FacebookTwitter

Il y a quelques jours, on apprenait que O2, un opérateur allemand, mettrait bientôt fin à l’Internet fixe illimité. Le fournisseur d’accès prévoit en effet de remplacer ses abonnements Internet illimités par un système de fair use ; quand l’internaute dépassera son quota de data, son débit sera réduit.

Cette semaine, c’est en Hongrie que l’Internet est malmené. Mardi dernier, le ministre de l’Economie hongrois a annoncé un projet de taxe qui a immédiatement suscité la colère des habitants. Le gouvernement prévoit en effet d’instaurer un impôt sur la consommation Internet.

tax internet clavier0,5 centimes d’euro par Go

Le ministre souhaite prélever 150 forints, soit l‘équivalent de 0,5 centimes d’euro par Go transféré. Ainsi, les internautes hongrois devront par exemple payer 9 centimes d’euro par heure passée sur Spotify, 11 centimes par heure passée sur Facebook, ou encore 28 centimes pour une heure d’appel sur Skype.

Pour le gouvernement conservateur, il s’agit d’une taxe juste : « la plupart des appels et des messages passent aujourd'hui par Internet », a expliqué le ministre Mihaly Varga. Cette loi devrait entrer en vigueur en 2015 et permettrait de récolter près de 65 millions d’euros.

En revanche, les Hongrois ne voient pas cette taxe du même œil que le gouvernement et n’ont pas tardé à manifester leur colère. Ils étaient plus de 10 000 hier à Budapest à manifester devant le ministère de l’Economie. « Il s'agit de nouveaux efforts de la part du gouvernement pour contrôler et punir les médias indépendants et les organisations civiles, via des moyens légaux et économiques » s’indignaient les organisateurs de la manifestation. Pour eux, devoir payer pour surfer sur Internet va considérablement limiter leur liberté d'accès à l'information.

Neelie KroesNeelie Kroes indignée

En Europe, de telles pratiques font peur et la commissaire européenne du numérique Neelie Kroes en personne s’est dit indignée par une telle taxe qu’elle va même jusqu’à qualifier de « honte ». « Il est terrible que le gouvernement hongrois pense pouvoir réduire la liberté de la presse en visant les propriétaires de médias puis en taxant leur alternative » a-t-elle précisé.

Entre la fin des abonnements Internet illimités, l'émergence de taxes liées à la consommation de contenus web ou encore la mise en péril de la neutralité du net, les libertés de l'Internaute sont mises à rude épreuve. Se dirige-t-on vers un Internet à plusieurs vitesses ? C'est semble-t-il le souhait de plus en plus d'acteurs du monde politique et du domaine des télécoms.

Source : Le Figaro
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus