Partager cette actu sur :

Logo Free MobileDemain, Free Mobile soufflera sa première bougie. Son emblématique patron est revenu sur cette première année. Interrogée pas nos confrères du Figaro, Xavier Niel revient sur le succès le l’opérateur. Le moins que l’on puisse dire est qu’il a encore faim. La concurrence peut trembler.

Xavier Niel a le triomphe modeste. En un an le fondateur d’Iliad a complètement bouleversé le monde de la téléphonie mobile ce qui lui a permis de devenir une icône de l’univers high tech. Pourtant, celui que l’on présente comme le Steve Jobs français estime qu’il aurait pu mieux faire. S’il est fière d’avoir fait fondre nos factures de téléphone mobile et d’avoir créé des emplois (à mettre en regard de ceux détruits chez les autres opérateurs), il regrette de ne pas être parvenu à faire cesser la pratique des mobiles subventionnés. Toutefois, le subventionnement du mobile est dans le collimateur du gouvernement.

Xavier NielSi cette année, Free Mobile a dépassé toutes les attentes, cela ne s’est pas fait sans heurts. Attaqué de toutes parts notamment par les patrons des autres opérateurs, Xavier Niel explique « regarder vers l’avant, pas vers l’arrière » et affirme être encore plus motivé. «On n’est jamais aussi bon que quand on est attaqué, explique Xavier Niel. Notre ego est touché sur le moment, mais les abonnements explosent. Les acteurs établis n’aiment pas cet état de guerre, mais les vrais entrepreneurs s’y sentent bien. C’est ce qui les pousse à se surpasser.»

Le ton pour 2013 est donné. Dans les faits, cela se traduit par une première attaque contre Google en bloquant la pub sur Internet dans les Freebox et hier, l’opérateur à ajouté les appels vers les mobiles des DOM (hors Mayotte) dans ses offres mobiles et fixes. Si les consommateurs attendent certainement encore beaucoup de Xavier Niel, les concurrents doivent rester sur leur garde.

FacebookTwitterGoogle+

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation