A 10:07 dans Bretagne, Fibre optique, RIP

Bretagne : Mégalis signe avec Axione et Bouygues pour du 100% fibre en 2026

21
MAI
2019
Partager cette actu sur :

En Bretagne, Mégalis revoit ses ambitions à la hausse sur la fibre : toute la région sera équipée d’ici à 2026. Dans les zones moins denses, plus d’un million de lignes seront construites par le groupement Axione / Bouygues.

FacebookTwitter

A son tour, la Bretagne programme l'accélération du déploiement de la fibre optique en zone rurale. Jusqu'ici officiellement calé aux alentours de 2030, l'horizon pour une région entièrement équipée s'est rapproché à 2026, a annoncé hier le syndicat mixte Mégalis, en charge du projet. Echéance à laquelle quelque 1,1 million de locaux situés en zone peu dense seront raccordés au réseau d'initiative publique, selon le contrat signé avec le groupement composé de Bouygues Energies et Services et sa filiale Axione. La proposition du tandem a fait la différence sur celle d'Orange, l'autre prétendant, essentiellement en raison d'un prix plus avantageux.

Chantier record

La première ébauche de calendrier communiquée par Mégalis prévoir 100 000 locaux raccordés en 2020, puis 150 000 par an jusqu'en 2026. Ils viendront s'ajouter aux 200 000 foyers, entreprises et sites publics prévus dans la phase 1 du projet, sur laquelle le déploiement en est actuellement à mi-parcours. Quant à la date d'ouverture des premières lignes prévues en phase 2, elle est interviendra d'ici un an environ.

Avec ce périmètre de déploiement de plus d'un million de lignes, Mégalis se targue de porter "le plus grand projet d'initiative publique de déploiement FttH jamais réalisé en France". C'est même "le contrat de tous les records", renchérit Philippe Bonnave, directeur général de Bouygues Construction, qui le qualifie déjà de "plus grand chantier de travaux publics de France" après le Grand Paris.

Fibre en Bretagne : signature du RIP Mégalis avec Axione et Bouygues Signature de l'accord Mégalis / Axione / Bouygues le 21 mai à Rennes : Loïg-Chesnais Girard, président de la région Bretagne et de Mégalis et Philippe Bonnave, directeur général de Bouygues Construction

Financement : l'Etat attendu

Le budget est à l'avenant : 945 millions d'euros mobilisés, dont une participation publique dont la ventilation reste à définir tant que le guichet RIP n'aura pas été réactivé. "Nous attendons forcément l'Etat dans la 2e phase", souligne Loïg Chesnais-Girard, président de Mégalis et de la région Bretagne. Le gouvernement a d'ores et déjà été sollicité pour un abondement à hauteur de 20% du coût du projet, et une réponse est attendue "avant l'été", poursuit l'élu.

Tout en assurant que Mégalis a "la structure financière pour assumer" et tenir le calendrier affiché si la réponse de l'Etat tardait à venir : "Il n'y aura pas d'impasse budgétaire", insiste le n°1 de la région. Le syndicat mixte peut notamment compter sur les redevances issues de la phase 1, récemment triplée à 489 millions d'euros. Mais n'entend pas pour autant renoncer à obtenir un engagement de l'Etat à ses côtés pour mener à bien son projet.

Bretagne : quid des objectifs France THD ?

L'horizon du 100% fibre en Bretagne s'est donc considérablement rapproché, mais qu'en est-il de la trajectoire prévue par le plan France THD ? Pour le 100% très haut débit en 2022, c'est à dire 30 Mb/s, pour toute la région, l'affaire semble entendue : via les technologies filaires, on se dirige plutôt vers une desserte en THD de 90% des locaux de la région à cette échéance, confirment les responsables de Mégalis.

Même fortune pour le bon haut débit à fin 2020 : le 8 Mb/s pour tous voulus par le président de la Répubique ne sera pas le lot de tous les Bretons d'ici un an et demi, nous confirme Patrick Malfait, directeur général de Mégalis. En tout cas pas par voie filaire. Le syndicat mixte entend toutefois mettre les bouchées doubles pour pallier les carences, grâce au lancement prochain d'une consultation visant à réaliser quelque 150 opérations de montée en débit sur cuivre d'ici à fin 2020. La structure n'a en revanche pas retenu la solution hertzienne via le THD Radio : "pas technologiquement opportun" au regard d'une localisation des bas débits "en tâche de léopard" sur la région.

Resteront donc éventuellement les autres alternatives, 4G fixe sur réseau mobile des opérateurs, ou satellite, pour accéder à brève échéance aux 8 Mb/s, ou, d'ici 3 ans et demi aux fameux THD à 30 Mb/s.

Bouygues Telecom, 2e FAI fibre... en fin d'année

Dans la famille Bouygues, il y a aussi, évidemment, le fournisseur d'accès, qui n'en finit plus d'être attendu sur les quelques 100 000 lignes déjà éligibles de la première tranche du réseau Mégalis. Signée l'été dernier, annoncée pour fin 2018, son arrivée se concrétiserait finalement pour fin 2019, annonce le syndicat mixte. Pourquoi un tel retard ? "Nous avons rediscuté le contrat avec l'Arcep", explique Patrick Malfait, car le régulateur considérait le tarif de l'offre de location à la ligne proposé au fournisseur d'accès "trop favorable" par rapport au coefficient d'actualisation des offres de cofinancement

Encore six mois à attendre, donc, pour avoir l'opportunité de souscrire auprès d'un autre FAI qu'Orange ou Sosh, sur ce réseau précisément exploité par l'opérateur historique via sa filiale THD Bretagne. A moins que d'autres discussions n'aboutissent dans l'intervalle. L'Arcep a ainsi récemment enjoint au délégataire de proposer à Coriolis Telecom une offre d'accès activé au réseau public. L'opérateur historique s'est plié à cette injonction et les deux parties sont actuellement en discussion, nous indique Patrick Malfait. Parallèlement, poursuit-il, Mégalis et son délégataire négocient actuellement avec SFR et Free pour leur permettre de venir proposer leurs offres fibre sur le réseau.

     

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus