A 8:29 dans IoT, Objet connecté

Objets connectés : L’Etat investit 11 millions d’euros dans Withings

18
JUIL
2013
Partager cette actu sur :

WithingsLes objets connectés commencent à envahir notre quotidien. Véritables extensions de nos smartphones et de nos box Internet, ils ouvrent de formidables perspectives dans de nombreux domaines : sécurité, économie d’énergie, sport, santé… Withings, une start up française vient de lever 23,5 millions d’euros auprès de plusieurs investisseurs dont l’Etat via la banque publique d’Investissement. Et si pour une fois, la révolution ne partait pas de la Silicon Valley?

Pèse personne connecté à la box Internet, tensiomètre connecté au smartphone, activity tracker (appareil de mesure de notre activité), tous ces produits encore méconnus du grand public sont déjà en vente. Mieux, les meilleurs d’entre eux sont conçus en France par Withings, une start up française fondée en 2008 par Eric Carreel, Frédéric Potter et Cédrick Hutchings.

Aujourd’hui, Withings emploie 80 salariés répartis entre son siège à Issy-les-Moulineaux et ses bureaux de Hong Kong et Boston. Elle vend ses produits dans le monde entier et, preuve de la qualité de ses produits, ils sont tous présents dans les Apple Store et sur le site web d’Apple.

Balance Withings et Smart Activity Tracker

Sentant le vent du Machine To Machine se lever, des investisseurs viennent d’injecter 23,5 millions d’euros dans cette entreprise. Parmi ceux qui croient en l’avenir de Withings, nous trouvons l’Etat et trois fonds d’investissement français. Si Idinvest Partners, 360 Capital et Ventech ont mis sur la table 12,5 millions d’euros, l’Etat, à lui seul, a investi 11 millions d’euros par le bais de la banque publique d’investissement.

Pour le moment, les produits de Withings sont essentiellement tournés vers le grand public. A terme, l’entreprise pourrait se tourner vers le marché des professionnels et des entreprises et surtout bénéficier du développement de la télémédecine. Avec le développement des réseaux très haut débits (fibre optique et 4G), de nouveaux usages vont naître et Withings est déjà bien positionnée. Enfin, une chose rassurante. Cette fois-ci, l’Etat a détecté une pépite et il n’est pas prêt de la laisser filer outre atlantique.

« La France crée beaucoup de sociétés qui sont rachetées, ensuite, par des industriels américains. Nos start-up ont du mal à grandir. Nous ne faisons pas assez d’efforts dans le temps pour faire de nos entreprises des géants mondiaux. Si Withings réussit à percer, nous sommes prêts à accompagner la société dans ses prochains développements », assure Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus