A 11:52 dans

Altice sépare ses activités en Europe et aux Etats-Unis

9
JAN
2018
Partager cette actu sur :

Après ses déboires boursiers, Altice réorganise ses activités afin de protéger sa filiale américaine.

FacebookTwitterGoogle+

Altice : Patrick Drahi tente de rassurerLe groupe de télécoms a annoncé hier soir une réorganisation, qui se traduit notamment par une scission d’Altice USA. Concrètement, la maison-mère Altice NV va céder à ses actionnaires une participation de 67,2% dans la filiale américaine. Qu’on ne s’y trompe pas : à l’issue de la transaction au deuxième trimestre, Patrick Drahi restera aux manettes des deux ensembles via sa holding Next. Et compte encore le rester longtemps, précise le communiqué du groupe, dans lequel le fondateur annonce qu’il restera « très impliqué personnellement ».

Protéger Altice USA

Objectif officiel de l’opération : « permettre à chaque entité de se concentrer davantage sur les opportunités distinctes de création de valeur dans leur marché respectif ». Traduction : il s’agit surtout d’isoler le business outre-Atlantique des difficultés de la marque globale, afin que les difficultés européennes ne scellent pas la fin des ambitions américaines du groupe.

Alors qu’Altice USA faisait les yeux doux à Charter, numéro deux du câble aux Etats-Unis, les mauvaises performances de SFR au troisième trimestre ont temporairement sonné le glas de ces ambitions en provoquant un décrochage en bourse. La maison-mère voyait son titre perdre plus de 70% de sa valeur, tandis qu’Altice USA dévissait de 30%. Pas l’idéal pour se lancer dans une acquisition à 100 milliards de dollars. D’autant qu’avant cette mésaventure , la filiale américaine était déjà jugée un peu fragile pour s’attaquer à Charter.

Trois branches en Europe

De l’autre côté de l’Atlantique, Altice Europe chapeautera entités :

  • Altice France : SFR Telecom et SFR Media, Activités DOM, Altice services techniques et Intelcia (services clients)
  • Altice International (Portugal, Israël, République dominicaine ainsi que Teads (publicité) et les services techniques Europe
  • Altice Pay-TV, branche dans laquelle seront logés la division contenus et les droits TV (sport et chaînes exclusives comme Discovery ou NBC Universal). Tous les contrats portant sur la distribution de contenus payants seront ainsi transférés vers cette entité, dont Altice France sera désormais un client « de gros ».

Trésorerie améliorée

Entre autres intérêts de ces nouveaux périmètres pour Altice France : une telle structure aurait permis d'améliorer le flux de trésorerie disponible de 200 millions d’euros sur l’exercice 2016, calcule rétrospectivement le groupe. Et même de 500 millions sur les 12 mois courant jusqu’en septembre 2017.

En 2018, cet indicateur devrait s’établir entre 1,6 et 1,7 milliard d’euros, indique en outre Altice, en tentant compte de 300 millions d’euros de dépenses liées aux contenus et une perte sèche de 200 millions d’euros liée à la modification de la fiscalité sur la TVA. En l’espèce, la fin annoncée de l’aubaine de la TVA réduite sur la presse.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus