A 16:58 dans

Déploiement THD : SFR met le feu aux poudres

12
JUIL
2017
Partager cette actu sur :

SFR ira tout seul déployer dans toute la France et détiendra à terme la totalité de ses infrastructures. Quitte à faire dérailler le plan France THD.

FacebookTwitterGoogle+

Michel Paulin : SFR va fibrer toute la france sans argent publicUne annonce fracassante de plus du côté de SFR : son patron Michel Paulin indique, dans un entretien accordé aux Echos, que son groupe entend désormais « fibrer intégralement la France, et ce sans argent public ». Alors que la plus grande confusion règne autour des modalités d’application du France THD, ces nouvelles ambitions sont, au mieux, accueillies avec scepticisme.

80% en 2022, 100% en 2025

Comment SFR compte-t-il s’y prendre ? En entamant dès septembre des travaux de déploiement via une nouvelle entité, Altice Infrastructures, indique Michel Paulin. Objectif : raccorder les premiers foyers avant Noël cette année. Et fibrer 80% du territoire d’ici à 2022, comme prévu dans le plan France THD. Puis 100% à l’horizon 2025. Et même là où le câble de SFR est déjà présent, moyennant la modernisation « de la partie terminale de ce réseau déjà fibré », précise le dirigeant.

Entièrement sur fonds propres

Plus fort, Altice et SFR ne comptent pas demander un centime à l’Etat pour les aider à réaliser cette prouesse. Et lui permettraient même d’économiser entre 8 et 15 milliards d’euros. Mais face aux Echos, Michel Paulin reste flou sur les modalités de financement de l’opération, qui plus est pour cette entreprise déjà très endettée. L’essentiel, explique le patron de l’opérateur, est dans la rentabilité de long terme, qui implique, selon le « business model » du groupe, d’être propriétaire de 100% de son réseau.

Altice sera heureux d’accueillir Orange

SFR jette ce pavé dans la mare en plein débat sur la redistribution des zones AMII, dont 90% doivent être fibrées par Orange. Au grand dam du carré rouge, qui plaide en vain pour une plus grosse part de ce gâteau, malgré les retards accumulés ces dernières années. « De vieilles histoires », rétorque Michel Paulin, qui met en avant l’indéniable coup de collier réalisé sur la 4G, notamment dans les zones rurales.

Le dirigeant se dit ainsi « prêt à travailler avec Orange » pour accélérer le déploiement, et grand prince, accueillera volontiers l’opérateur historique sur son réseau...

Haro sur les RIP

Enfin, Michel Paulin n’a pas de mots assez durs pour les Réseaux d’initiative publique, un système « obsolète », coupable d’attribuer des contrats publics « manquant de clarté » et de « nombreux dysfonctionnements ». On discerne derrière ces griefs le dossier de la région Grand-Est, où non retenu pour fibrer, SFR menaçait il y a quelques jours de déployer son propre réseau. Un ultimatum désormais étendu à tous les RIP, où SFR préfère investir plutôt que de dépendre d’une subvention publique qui « tend à devenir une source d'enrichissement de fonds d'infrastructures, basés dans des paradis fiscaux ».

Coup de tête ou coup de bluff ?

Un coup d’éclat et des mots doux qui suggèrent que la réunion de vendredi dernier organisée par Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires, n’a pas vraiment donné satisfaction à SFR et Altice. Reste à savoir si la détermination affichée par l’opérateur sera suivie d’effets. Délais, faisabilité financière, rentabilité… L’envergure du chantier qui attend SFR laisse dubitatif de nombreux acteurs du secteur. Qui voient surtout là une volonté de renégocier en force un partage du gâteau qui ne sied plus à ses ambitions.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus