A 15:09 dans Opérateurs

Opérateurs télécoms : +5% de plaintes auprès d’UFC Que Choisir en 2017, SFR toujours loin devant

18
JAN
2018
Partager cette actu sur :

L’association UFC Que Choisir a enregistré une nouvelle augmentation des plaintes contre les opérateurs télécoms l’an passé. SFR reste dans le viseur.

FacebookTwitterGoogle+

UFC-Que Choisir : litiges télécoms 2017C’est moins qu’en 2016, où les griefs avaient connu un bond de 20%, mais la tendance reste à la hausse. L’association de défense des consommateurs UFC Que Choisir a enregistré une hausse de 4,8% des plaintes visant les opérateurs télécoms l'an passé, que celles-ci concernent un forfait mobile ou un abonnement Internet.

Hausses de prix en série

Le secteur a donc fait encore plus fort que l’année dernière, qui avait pourtant placé la barre très haut. Une prouesse qui s’explique notamment par les hausses de prix imposées. Si SFR a multiplié ce type d’opérations cette année, sur le fixe, le mobile et sur sa marque à bas coût RED, l’opérateur voit malgré tout son décompte baisser de 3% par rapport à l’an passé, à 6 500 plaintes. Soit, tout de même, la moitié des doléances enregistrées.

Bouygues, qui avait lancé la saison des hausses au grand dam de ses abonnés, enregistre pour sa part un bond « significatif » de 11%, souligne l’association.

Factures alambiquées

Autre motif d’insatisfaction cité par UFC Que Choisir, souvent lié au précédent : des « factures incompréhensibles » liées à la mise en place d’options et de services non désirés, et parfois même non résiliables, qui a eu le don d’agacer les clients. L’objectif étant de réaliser des économies grâce aux taux de TVA réduit appliqué à ces services, les opérateurs ont en effet tout intérêt à tenter d’en faire profiter un maximum d’abonnés, comme nous l'a démontré Orange avec son offre découverte ePresse / Iznéo. Une opération relativement inoffensive pour le client, toutefois, puisque sans impact sur sa mensualité.

L’opérateur historique s’en tire d’ailleurs bien au global, avec un nombre de litiges le concernant en recul de 9% en un an, à 1 700 plaintes en 2017. Pour être complet, notons enfin que, du côté de Free, le nombre de griefs formulés auprès d’UFC Que Choisir est resté stable l'an passé.

Si l’association insiste sur les plaintes concernant la facturation, elle ne mentionne que brièvement les problèmes de « réseau défaillant ». Alors que vient d’être scellé un accord supposément « historique » entre les opérateurs et les pouvoirs publics afin d’améliorer la couverture mobile, il sera intéressant d’observer la traduction de ces engagements dans les futurs rapports de satisfaction produits par UFC Que Choisir ou encore l’AFUTT (Association française des utilisateurs de télécommunications).

Le bilan d'UFC Que Choisir

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus