A 13:28 dans TV

Résultats Vivendi : la reconquête se complique pour Canal+

12
MAI
2017
Partager cette actu sur :

Le groupe de médias de Vincent Bolloré a publié ses chiffres du 1er trimestre : Canal+ endigue légèrement ses pertes d’abonnés, mais le 2e semestre pourrait n’être pas aussi rose que prévu.

FacebookTwitterGoogle+

La chaîne cryptée veut y croire : nouvelle offre commerciale, accord avec Orange et Free, dynamisme à l’international et plan, d’économies lui permettront de retrouver le chemin de la croissance des bénéfices dès la 2e partie de l’année. En attendant, les résultats du premier quart restent plutôt ternes, et les derniers rebondissements sur les droits sportifs n’incitent pas à l’optimisme.

Chiffre d’affaires en net repli

« Révolution » du 4e trimestre 2016, l’arrivée des bouquets Famille by Canal et TV by Canal Panorama chez Orange et Free n’a pas sauvé la mise au groupe. L’opération avait permis à Canal+ de comptabiliser 2,928 millions d’abonnés supplémentaires à fin 2016. Un trimestre plus tard, ils ne sont que 11 000 de plus à avoir souscrit à cette offre optionnelle (2,939 millions).

Malgré « l’impact positif » de cet appoint sur le chiffre d’affaires, celui-ci se contracte encore de 7,8% sur la TV payante en France, à 755 millions d’euros. Un repli partiellement compensé par la croissance des recrutements à l’international, qui se traduit par une augmentation du CA de 8,3% (et +28,6% pour Canal+ Afrique).

Abonnements Canal : il y a du mieux

Le lancement des nouvelles offres Canal parviendra-t-il à enrayer le recul des recettes en France ? « Pour la première fois depuis de nombreux trimestres, le nombre de nouveaux abonnements aux chaînes payantes a compensé celui des désabonnements », se félicite en tout cas la chaîne. Un trimestre à l’équilibre qui se traduit par une érosion moins marquée du parc d’abonnés : 400 000 de moins contre 500 000 à 550 000 chaque trimestre en 2016.

Le groupe se maintient ainsi au-dessus de la barre symbolique des 5 millions d’abonnés (5,145 millions). Un seuil qu’il espère préserver lors des prochains trimestres grâce à ses offres thématiques repensées, « plus modulaires » et « plus souples ». Et qui doivent se traduire par un impact « tangible » sur le résultat opérationnel ajusté (EBITA) au second semestre. Avec l’ambitionde le porter à 350 millions d’euros en année pleine, contre 240 millions en 2016.

L’effet Champions League

Avec seulement 50 millions de bénéfice opérationnelt dégagé au 1er trimestre, le challenge n’est pas mince. Il faudra, pour atteindre cet objectif, séduire nombre d’abonnés supplémentaires lors des prochains mois pour le relever. Et pour assurer le succès de la stratégie sur le long terme, parvenir à les fidéliser. Or l’une des principales locomotives de son offre, le pack Essentiel Sport, vient de subir un rude coup avec le départ annoncé de la Ligue des Champions chez SFR en septembre 2018.

Dans ces circonstances, convaincre les amateurs de sport de s’engager 24 mois risque de ne pas être simple. Si parvenir à redresser la barre cette année était déjà un défi en soi pour Canal+, maintenir le cap l’année suivante s’annonce désormais tout aussi compliqué.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus