A 16:53 dans Orange, TV

TF1 contre les opérateurs : Orange hausse le ton

21
AVR
2017
Partager cette actu sur :

En marge du Show Hello d’Orange, son patron Stéphane Richard a joué la fermeté face aux chaînes, TF1 en tête, qui souhaitent obtenir une rétribution pour la diffusion de leurs programmes par les opérateurs.

FacebookTwitterGoogle+

Le jeu du poulet continue entre TF1 et les opérateurs, et visiblement Orange n’a pas l’intention de se faire plumer. Le PDG d’Orange l’a réaffirmé hier en termes à peine plus choisis, rapportés par Les Echos. En défendant un nouveau modèle économique consistant à autoriser les opérateurs à diffuser ses chaînes, moyennant une hausse substantielle de la rémunération de ce service, TF1 introduit une nouvelle dépense que quelqu’un, dans le parcours, devra bien finir par supporter.

« Est ce que l'utilisateur, vous et moi, va payer pour regarder TF1 ? C'est ça la question, a résumé Stéphane Richard. Parce que si on ne demande pas [à l'utilisateur] de payer, cela signifie en fait qu'on prend du pognon - excusez-moi... -, chez l'opérateur pour le verser dans la poche de TF1... »

Stéphane Richard au Show Hello

« Impôt privé »

Orange n’entend donc pas laisser les chaînes, TF1, mais aussi M6, lui faire les poches dans le cadre de ce qu’il appelle un « impôt privé ». Sauf à ce que cette rémunération supplémentaire soit accompagnée d’une « contrepartie », précise le dirigeant. Comprendre la fourniture d’un « nouveau service ».

Ca tombe bien, le groupe audiovisuel en propose justement : le start-over (retour au début), le visionnage en Ultra HD ou 4K, ou encore une allocation de stockage dans le cloud pour l’enregistrement de programmes. Le tout regroupé dans un pack « TF1 Premium » par lequel il entend précisément justifier ses nouveaux tarifs. Mais ça sera tout ou rien : si les opérateurs jugent le tout trop cher, ils pourront tirer un trait sur les chaînes TF1, qu’ils n’obtiendront pas en dehors d’un accord global au prix fort.

Accord avant fin juin

Si l’on résume, Orange serait prêt à payer plus pour de nouveaux services, et TF1 réclame plus pour de nouveaux services. Sur le principe, les planètes semblent donc alignées : on peut donc supposer que cela coince sur la question du prix et des modalités. Des discussions sont d’ailleurs en cours, nous apprend Le Monde, et doivent aboutir avant fin juin pour permettre à Orange de continuer à diffuser les chaînes du groupe à la fois en version web et box. Il reste donc du temps pour s’entendre, si tant est que les discussions se tiennent en bonne intelligence.

A en juger par l’ultimatum lancé par TF1, cela ne semble pas tout à fait être le cas, et c’est notamment cette attitude jugée peu « respectueuse » par le patron d’Orange, qui semble avoir mis le feu aux poudres. Un coup de pression qu’on dû particulièrement apprécier SFR et Canal+, pour qui l’échéance est imminente : dès le 30 avril pour leurs plates-formes OTT.

Négociations musclées

Tout ceci s’apparente donc à un round de négociations musclé où l’on brandit menaces et mesures de rétorsion. TF1 joue le public contre ses distributeurs, en estimant qu’une disparition de ses chaînes dévalorisera leur offre. Orange juge pour sa part que la chaîne n’est pas en position «  de se couper de 25% de son audience » et des recettes publicitaires qu’il y perdrait. Et n’hésite pas à menacer de couper son robinet de pub : «  N'oubliez pas que le secteur des télécoms et du câble est un des tout premiers annonceurs publicitaires chez TF1 », a ainsi prévenu son patron. Vu les enjeux pour les deux parties, on imagine mal qu’un accord ne soit pas trouvé. Et si tel était le cas, le téléspectateur pourrait toujours revenir à une réception TNT classique, renvoyant tout le monde dos à dos.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus