A 14:38 dans TV

TF1 n’a pas disparu des services TV de SFR et Canal+

Partager cette actu sur :

La date butoir est dépassée, mais les chaînes du groupe TF1 restent disponibles sur les services OTT des distributeurs. Explication : couper le signal n’est pas si simple.

FacebookTwitterGoogle+

Le groupe audiovisuel avait prévenu les opérateurs : faute d’accord sur une revalorisation de la rémunération de ses contenus, ses chaînes (TF1, HD1, TMC, NT1, LCI) pourraient ne plus être diffusées par Orange, Free, SFR ou Canal+. Sur les différents services web et applis d’abord, sur les box ensuite. Premiers concernés : SFR et Canal+ (myCanal), qui risquaient de voir disparaître la première chaîne et ses petites sœurs au 30 avril. Aujourd’hui 2 mai, force est de constater qu’il n’en est rien.

  Chaînes du groupe TF1 : HD1, NT1, TMC, LCI

Le CSA en juge de paix ?

Explication : TF1, malgré toutes ses menaces, n’est pas en mesure de couper le signal elle-même. Elle doit s’en remettre aux distributeurs, et aurait en effet demandé, fin avril, aux opérateurs concernés de « cesser l’exploitation commerciale » de ses chaînes. Mais pour les obliger à obtempérer, une tierce partie devra trancher, en l’occurrence le CSA. Qui n’entend intervenir que « dans le cadre d'un règlement de différend, procédure contradictoire qui nécessite une instruction de plusieurs mois », a signifié l’autorité aux Echos. L’écran noir n’est donc pas pour tout de suite.

Bouygues Telecom pas ménagé

La partie de poker menteur, en revanche, bat son plein, TF1 s’étant bien gardé jusqu’ici de dévoiler qu’elle n’était pas en mesure de mettre elle-même ses menaces à exécution. Les discussions vont donc se poursuivre avec en ligne de mire, non pas une coupure de signal, mais le déclenchement de procédures que devra arbitre le Conseil supérieur de l’audiovisuel. Issue tout à fait envisageable, tant les deux parties, TF1 (mais aussi M6) comme les opérateurs, à commencer par Orange, semblent camper sur leurs positions.

Sauf, sans doute, pour Bouygues Telecom, dont la posture dans cette affaire est particulière. Seule certitude : elle devra passer à la caisse comme les autres pour continuer à retransmettre les programmes de TF1. C’est Martin Bouygues lui-même qui l’a laissé entendre : il n’y aura pas de « régime de faveur », car ce serait « contraire à la loi et à la morale ». On peut toutefois raisonnablement penser que, contrairement à ses concurrents, Bouygues Telecom ne devrait pas trop se faire prier pour accepter les nouvelles conditions tarifaires…

 

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus