THD en Charente : la fibre gratuite de SFR divise les élus

21
NOV
2017
Partager cette actu sur :

Trop cher, le déploiement de la fibre en Charente ? Certains élus renâclent à la dépense, SFR en profite pour placer ses pions.

FacebookTwitterGoogle+

La fibre de la discorde se déploie en Charente, où plusieurs communautés de communes envisagent de s’affranchir du programme défini par le département et mis en œuvre par le syndicat mixte Charente Numérique. Une initiative qui vise à apporter la fibre à 85% des foyers du département d’ici à 2022. Dont 113 500 dans la zone d’initiative publique, moyennant un investissement de 213 millions d’euros.

Débat entre élus

Sur ce budget, 17,5% devront être supportés par les communautés de communes. Qui, en ces temps de disette, remettent en question la pertinence de l’investissement, et donc le poids de la fibre dans le mix retenu. Certains élus estiment ainsi que de la montée en débit ou de la 4G suffiraient à apporter une connexion de bonne qualité à l’ensemble des habitants. Une position notamment défendue par la sénatrice charentaise Nicole Bonnefoy en début d’été.

Plus cher que gratuit

Illustration du dilemme du THD : la Charente Limousine, pour qui l’ardoise s’élève à 2,8 millions d’euros dans un scénario de déploiement de fibre optique sur la moitié de ses 26 000 locaux, et 8 millions pour du tout FttH. Entre alors en scène SFR, qui propose à la collectivité de fibrer intégralement et à ses frais le territoire concerné d’ici à 2025. Les élus ne cachent pas leur intérêt pour cette proposition, qui commence du reste à séduire d’autres intercommunalités, rapportait il y a quelques jours Charente Libre. Nous avons contacté Charente Numérique pour évoquer la situation, mais le syndicat mixte n'a pour l'instant pas donné suite.

Le département maître à bord ?

Ce cas de figure n'en reste pas moins intéressant à étudier à la lumière de la proposition de loi dévoilée vendredi 10 novembre par le sénateur (LR) Patrick Chaize, qui vise notamment à éviter la duplication de réseaux fibrés tout en sécurisant les investissements dans les réseaux. Ses dispositions empêcheraient « de fait » un opérateur de venir démarcher les intercommunalités parties prenantes d’un schéma d’aménagement, nous a assuré le sénateur de l'Ain dans un entretien, la décision de réviser ou non le SDTAN pour y faire droit restant la prérogative du département.

L'article de Charente Libre

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus