A 9:48 dans Fibre optique

La Firip face au tsunami de la fusion Orange-Bouygues Telecom, entretien avec Etienne Dugas

27
JAN
2016
Partager cette actu sur :

Si la fusion entre Orange et Bouygues Telecom a lieu le déploiement de la fibre optique pourrait bien être chamboulé, Etienne Dugas, président de la Firip, Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique , appelle à la vigilance.

FacebookTwitterGoogle+

etienne-dugas-2015     Nous avons rencontré Etienne Dugas, reconduit pour trois ans dans ses fonctions de président de la FIRIP . L'occasion de faire un point sur la filière qu'il représente. L'homme qui milite auprès de l'Union européenne pour que le très haut débit commence à 100 Mb/s ne manque pas d'idées pour déployer la fibre optique.       DegroupNews : Quel bilan tirez-vous de ces trois premières années d'existence ? Etienne Dugas : Alors que la filière était déjà créée, il y avait un manque du côté organisation syndicale et patronale pour représenter les RIP (Réseau d'Initiative Publique) or il y avait un réel besoin. 3,5 milliards d'euros d’investissement consacré aux RIP entre 2002 et 2012 dont 50% financés par le secteur privé. Notre première action avec Jean-Christophe Nguyen Van Sang a été de participer à la feuille de route de Fleur Pellerin, lorsqu'elle était la ministre en charge du numérique, en posant un certain nombre de pré-requis. A un moment donné, la question de la nationalisation du chantier de la fibre optique se posait. Pour nous il ne fallait pas casser ce qui existait car cela aurait ralenti le déploiement de la fibre optique. En outre la filière, représentait 5 000 emplois (+30% en un an). Nous avons mis en place un observatoire des entreprises intervenant dans les Réseaux d'Initiative Publique, observatoire confié à l'Idate. Cet observatoire est aujourd’hui porté conjointement par la FIRIP et la Caisse des Dépôts. Fibre optique égale moins de chômage Aujourd'hui, les RIP génèrent de l'activité. Sur la base des chiffres de l’INSEE, il est démontré que les territoires équipés d'un Réseau d'Initiative Publique présentent un taux de chômage moindre (1% de chômage en moins), ce qui est logique puisque l'on favorise les échanges et que l'on rend ces territoires plus attractifs. La Firip compte en 2016, 160 membres alors que nous étions 24 en 2012. La filière regroupe des consultants et assistants en maîtrise d'ouvrage qui aident les élus locaux, des opérateurs d'infrastructures, toute la chaîne de construction (équipementiers, câbliers...) et bien sûr des opérateurs de proximité qui ont fait baisser le prix des offres professionnels. Ces petits opérateurs sont les seuls capables de fournir des solutions sur-mesure au TPE. Chez un opérateur intégré (Orange, SFR, Bouygues Telecom, Free) vous avez uniquement le choix de ce qu'il propose. C'est notre action phare de 2015, nous nous sommes battus pour proposer une offre FTTO (Fibre To The Office) malheureusement, les opérateurs de proximité se heurtent au manque de continuité territoriale. Ils ne peuvent fournir une offre sur tout le territoire notamment sur les zones AMII. DegroupNews : Certains élus se plaignent du principes des Zones AMII, faut-il revenir dessus ? Les Zones AMII (Appel à Manifestation d’Intention d’Investissement) sont des zones où des opérateurs se sont engagés à déployer de la fibre optique dans les cinq ans. Avant de déployer sa propre fibre optique, une commune doit vérifier qu'elle ne fait pas l'objet d'une intention d'investissement car on ne peut pas investir de l'argent public là où il y a des investisseurs privés.  Etienne Dugas : Ce système est imparfait mais il a le mérite d'exister. Le plan France THD est sur les rails et on ne pourra pas le modifier substantiellement. Toutefois, quand les délais ne sont pas respectés, les collectivités locales pourront reprendre la main sur leur déploiement. Il y aura des aménagements mais ce sera à la marge. Par exemple, un préfet peut décréter qu'une aire de la zone AMII peut être couverte en RIP. Malheureusement, la procédure est très longue. etienne-dugas-firip-2015 Pourquoi les grands opérateurs ne viennent pas sur les RIP ? Etienne Dugas : Tout d'abord, les grands opérateurs ne peuvent pas investir partout.  SFR a d'autres chats à fouetter en ce moment avec la fusion avec Numericable. Il a perdu un million de clients donc les RIP ne sont pas une priorité. Quant à Orange, il prétexte que cela lui coûte trop cher et que les réseaux des RIP ne sont pas homogènes. En fait, Orange est de mauvaise foi car il cherche surtout à maintenir la rente du cuivre le plus longtemps possible. Que vous inspire l'éventuelle fusion entre Bouygues Telecom et Orange ? Etienne Dugas : Après le tsunami Free et le tsunami SFR-Numericable il va falloir faire face à une troisième vague. Cette fusion suscite beaucoup d'inquiétudes. Si Bouygues devient actionnaire d'Orange comment cela va-t-il influer sur la stratégie d'Orange ? Est-ce que Bouygues Energies aura la mainmise sur les chantiers. Que va-t-il se passer pour Axione qui est une filiale de Bouygues ? Il y a clairement un risque de distorsion de concurrence. Orange va clairement se retrouver en situation de monopole. Nous restons très vigilants sur cette méga fusion. Dans ce cadre on pourrait exiger du gouvernement des engagements d'Orange comme des pénalités sur les zones AMII non couvertes, des obligations de commercialisation des prises ou des engagements auprès des petits opérateurs. Nous serons auditionnés par l'ARCEP et l’Autorité de la Concurrence si l’opération se fait. DegroupNews : La Firip un modèle pour l'exportation ? Etienne Dugas : La Firip est vraiment une filière d'excellence du régulateur à l'opérateur de proximité. On peut parler de "FRENCH MODEL". Nous nous déplaçons beaucoup en Afrique. Très récemment Axione a remporté un marché au Gabon. Plusieurs pays de ce continent ont copié le modèle français comme la Côte d'Ivoire. Il y a aussi  le Mexique. La croissance est clairement hors de France maintenant. DegroupNews: Avez-vous un message à faire passer aux élus ? Etienne Dugas :  je voudrais féliciter les 85 projets portés par les collectivités locales sur tout le territoire national, financés par l'Etat dans le cadre du plan France THD, et qui vont représenter 10 Milliards d'euros d’investissement.    

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus