A 19:00 dans Dossier, Dossier, Formats

Une journée chez Numericable

18
DEC
2007
Partager cette actu sur :

Dans sa politique de découverte des FAI, une équipe de DegroupNews s’est déplacée au siège social de Numericable afin de faire connaître au grand public l’organisation et les techniques de déploiement du câble dans les communes françaises.

Rendez-vous était donné le mercredi 24 Octobre à 10 heures par le service de presse du câblo-opérateur à l’ancien siège social d’UPC à Champ sur Marne.

Commencée à Champs sur Marne, notre visite nous conduira au siège social à Paris où nous aurons l’occasion de visiter le NOC (Network Operation Center), un NRO (Noeud de raccordement optique) et une installation dans un immeuble. En fin de journée, nous aurons le privilège de rencontrer Philippe Besnier, PDG de Numericable, qui nous exposera ses vues sur les projets du groupe.

Il faut dire que nous avons été bien accueillis et rien ne nous a été caché du réseau, du déploiement, des projets futurs… (Seuls les futurs débits en upload pour le Très haut débit ne nous auront pas été dévoilés).

01-accueil-numericable

La journée étant prévue d’avance, la visite a été planifiée par Arnaud Talamon, responsable communication externe & presse :

  • Champ sur Marne – Présentation et historique du câble par Philippe Le May, directeur Technique
  • Explications de tous les changements de Numericable (après les fusions…) par Philippe Le May
  • Explications du déploiement du câble par Christian Coq, responsable déploiement fibre optique
  • Visite du NOC avec Alain Carton, directeur du NOC
  • Visite du siège social à Paris avec Arnaud Talamon, responsable communication externe & presse
  • Entretien avec Philippe Besnier, PDG de Numericable,

C’est à la fin des années 70 que les premiers réseaux câblés sont nés en France.

A l’époque, un câblo-opérateur ne pouvait pas desservir plus de huit millions d’habitants, ce qui a amené la création de nombreuses sociétés du câble un peu partout en France.

Un déploiement qui n’a pas été sans problèmes

Le manque de règlementation adaptée et le nombre trop important de réseaux n’ont pas aidé à une commercialisation et un déploiement uniforme. Chacun s’occupant de son petit travail dans son coin sans trop se préoccuper de ce que faisait son voisin.

Il faudra attendre décembre 2003 pour que soit levée l’interdiction de desservir huit millions d’habitants.

A partir de là, les réseaux câblés ont pu commencer à se consolider. Ainsi l’association du fonds d’investissement Cinven et du câblo-opérateur Altice se sont positionnés en leader avec les marques Numericable, EstVideo, Coditel Brabant et Coditel Luxembourg.

Les dates clés de la naissance de Numericable :

  • Reprise d’EstVideo par Altice en décembre 2002
  • Reprise de Coditel (Bruxelles et Luxembourg) par Altice en novembre 2003
  • Reprise de France Telecom Câble par Altice et Cinven en mars 2005
  • Reprise de TDF Câble par Altice et Cinven en mars 2005
  • Reprise de NC Numericable par Altice et Cinven en mars 2005
  • Altice et Numericable fusionnent en 2006
  • Reprise de Noos-UPC par Numericable en août 2007

Depuis août 2007 Numericable et EstVideo détiennent 99,6 % des réseaux câblés sur tout le territoire national couvrant ainsi 9,5 millions de logements raccordables dans plus de 1200 communes (40 % des foyers français).

Logo Numericable

Le premier métier d’un câblo-opérateur est de distribuer le service de télévision dans les foyers, mais avec l’émergence de l’ADSL, le réseau a dû s’adapter aux exigences du marché en proposant les services de téléphonie et d’accès haut débit. Ainsi, le câble est le seul opérateur jusqu’à présent à pouvoir proposer des débits jusqu’à 100 Méga pour chaque foyer raccordé.

A l’heure actuelle, Numericable compte près de 4,8 millions de services souscrits par ses clients.

  • 3 580 000 TV
  • 735 000 Internet
  • 470 000 téléphone

Le groupe emploie 4 000 salariés, 1 500 chez Numericable et 2 500 chez les différents partenaires. La hotline emploie quant à elle plus de 1 000 personnes.

Enfin, le groupe génère près d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires.
Le déploiement de Numericable est un vaste ensemble d’anciens réseaux indépendants qui ont tous été ou sont en cours d’uniformisation en un seul réseau unique interconnecté et sécurisé qu’on appelle le « backbone ».

Le « backbone » est constitué de liaisons de fibres optiques de 10 à 40 Gbit/s raccordées à toutes les communes câblées. Il permet le déploiement de l’offre « Triple-play » sur tout le territoire.

Les débits de 30 Mbit/s ou 100 Mbit/s proposés dans les offres de Numericable sont accessibles sur tout le réseau sans restreintes de distance par rapport aux sites techniques.

backb

En cas d’un quelconque problème sur une liaison fibre, une commune sera reconnectée au réseau en un 50ème de seconde en passant par un autre chemin sans que l’usager ne s’aperçoive de rien ou presque (un gel d’image éventuellement).

Numericable tient compte de tous les aspects qualitatifs de son offre,
ainsi les débits sont séparés pour chaque service.

12-frequencemetre_smallIl n’y a donc pas de mutualisation entre le service TV, le Haut débit et la téléphonie. Chaque service utilise sa propre bande passante sans interférer sur les autres produits de l’offre.

Exemple par l’image

On voit sur la photo à droite que le fréquencemètre affiche bien une différence entre le graphe du Haut débit sur la gauche, celui de la téléphonie plus faible au milieu et à droite le mouvement des oscillations plus haut et plus large pour le service TV.

Le détail apparaît mieux sur le schéma ci-dessous

backb

Le NOC, ou « Network Operating Center » est le service qui permet à Numericable de presque tout contrôler à distance. Par évidence, les ordinateurs mal paramétrés des abonnés ne pourront pas être optimisés via ce service…

Sinon, concernant la technologie du câble, la moindre anomalie sera examinée et le cas échéant, réparée.

La salle en question n’est pas très grande mais possède tout ce dont peuvent avoir besoin les techniciens en place qui travaillent par équipe et ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Vue du mur d’écrans qui permet d’avoir un contrôle en direct de la qualité de réception des chaînes TV, du nombre d’appels à la hotline et du réseau

02-nocnumericable

Parmi les écrans de contrôle, quelques uns nous ont particulièrement intéressés, comme celui ci-dessous qui permet de voir en direct l’activité de la hotline de l’opérateur.

03-nocnumericable

Le réseau national est surveillé en permanence et un technicien est toujours présent et prêt à intervenir en cas d’incident.

04-nocnumericable

Dans le cas où un abonné appellerait pour un incident sur sa ligne, le technicien du NOC pourra vérifier si le réseau est en cause et sera donc en mesure de pallier un problème. Évidemment, chaque appel à la hotline n’amène pas à une intervention du NOC systématiquement.

05-nocnumericable

Un détail qui peut paraître insignifiant et qui, pourtant, indique le niveau de compétence et de fiabilité, lors d’un problème affectant un point du réseau, chaque technicien du NOC ainsi que tous les responsables du lieu reçoivent un SMS leur indiquant la présence d’un incident (dommage, on n’a pas eu l’occasion d’en être témoin dans le courant de notre journée).
Le réseau Numericable utilise principalement la fibre optique dans son déploiement national et le câble coaxial dans les derniers mètres entre le « NO » (Nœud optique) et le domicile d’un abonné.

On l’a vu dans les pages précédentes, le réseau est déployé de telle sorte qu’une rupture de flux ne soit pas possible entre le fournisseur et l’abonné. Cela forme une grande toile d’araignée sur tout le territoire national.

Toutes les sociétés du câble ayant été reprises ou ayant fusionnées avec Numericable, l’opérateur migre tout son infrastructure dans la même norme. A l’heure actuelle, tout le réseau utilise la même technologie, à l’exception d’EstVidéo qui doit être migré vers le réseau Numericable dans le courant de la période 2008/2009. Une fois que cela sera fait, l’offre Numericable sera strictement la même partout.

07-backbone

L’enjeu actuel est la fibre optique adaptée au très haut débit, le fameux « FTTx ». Numericable est d’ores et déjà adapté au très haut débit puisqu’il généralise son offre 100 méga. La question de l’upload encore limité en terme de débit n’a pas trouvé de réponse lors de notre visite chez l’opérateur qui est resté assez flou sur le sujet. On a compris que la technologie n’avait pas spécialement de limite et que par conséquent, l’upload pouvait très bien être augmenté selon le désidérata de l’opérateur.

08-plan-fttx

En matière de très haut débit, le réseau doit être optimisé. C’est ainsi que Numericable utilise la fibre optique sur la quasi intégralité de son réseau. Seuls les derniers mètres utilisent le câble coaxial.

10-backbone-cablage

Le cablo-opérateur utilise du matériel de dernière génération. Sur la photo ci-dessous, une baie dédiée à la VoIP de marque CISCO 7609.

11-backbone-cablage

Le fréquencemètre, ou plus exactement l’analyseur de spectre de fréquences nous permet de visualiser la fréquence et le niveau des porteuses numériques ou analogiques (explications page suivante).

12-frequencemetre

Un peu perdu dans la technique ? Nous allons maintenant tenter de vous expliquer au travers d’un mini-cours sur le câble, comment cela marche exactement…
Le câble est une technologie bien différente de l’ADSL et encore obscure pour beaucoup d’entre vous. Nous allons donc essayer d’éclaircir un peut tout ça.

Les ressemblances avec l’ADSL :
Comme chez tous les opérateurs, nous allons trouver un schéma de maillage du réseau de l’opérateur (backbone) assez classique. Nous décrirons donc dans ce chapitre, uniquement la partie du réseau qui nous intéresse le plus, à savoir celle située entre le Point de présence de l’opérateur (POP) et l’abonné.

Raccordement dans les réseaux rénovés en fibre optique :

spectres

  • Le début de la chaîne est identique jusqu’au NRO. Ensuite, tout change, ou presque. En fait, du NRO jusqu’à l’immeuble de l’abonné, la connexion se fait par fibre optique, sans passer par un CD. En plus de permettre des débits quasi-illimités, la connexion par fibre optique est directe, passive et insensible aux perturbations électromagnétiques, ce qui réduit considérablement les problèmes potentiels.
  • En bas de l’immeuble, dans la cave généralement, la fibre optique arrive sur un convertisseur OPRF* qui va permettre de diffuser le signal sur le réseau câblé/antenne de l’immeuble. Le dernier bout de câble est donc relié directement à l’abonné sans autre ampli. La longueur maxi de ce dernier segment est d’environ 200 mètres.

Raccordement en fibre + coaxial, avant rénovation :

schema-rac-fttx

  • Le point d’entrée/sortie de votre connexion câble avec le backbone est situé dans le hub, relié lui-même par fibre optique, au NRO (Noeud de Raccordement Optique).
  • Chaque NRO dessert en moyenne 20 000 abonnés. C’est dans les NRO que les données sont traitées (multiplexage, démultiplexage, agrégation …) de façon à être regroupées en un seul flux sur le backbone et divisées en plusieurs milliers de flux vers la boucle locale câblée.
  • Aux NRO sont reliés les CD (Centre de Distribution), toujours par fibre optique. Les CD peuvent desservir environ 8 000 abonnés et servent de points relais entre la connexion fibre optique et la partie câblée.
  • C’est à partir de là que tout se complique : tout le reste de la connexion se fait par câble coaxial. Suivant la longueur et la qualité du câble installé, il est nécessaire ou non d’installer des amplificateurs de façon à acheminer le signal jusqu’à l’abonné avec une puissance suffisante. C’est dans ce dernier maillon de la chaîne que les risques de dégradation du signal sont les plus importants. S’il n’y a pas assez d’amplis ou bien qu’un ampli ne fonctionne pas ou mal, l’abonné sera impacté. De plus les amplis sont des éléments actifs, qui nécessitent une alimentation électrique. En cas de défaillance de celle-ci toute la chaîne est rompue.

Les différences entre le câble coaxial la paire de cuivre France Télécom :
Le bout de fil n’est pas du tout le même ! Non, plus sérieusement, le câble coaxial est nettement moins soumis aux perturbations que la paire de cuivre grace à son blindage et permet ainsi d’utiliser des bandes de fréquences bien plus élevées que la paire de cuivre. Voici une comparaison des bandes de fréquences utilisées :

spectres

On peut constater que le potentiel du câble est sans commune mesure avec celui de la paire de cuivre. Et pour illustrer tout ça, voici un spectre de fréquences Numéricâble pris sur le vif :

schema-rac-cable

Les fréquences stables (à gauche) sont des porteuses numériques et analogiques transportant les données du CMTS (Internet) et du Digital Trunking (Télévision). La pointe entre les deux blocs correspond aux porteuses numériques supplémentaires du CMTS permettant de transporter et de mettre à disposition des débits de 100 Mbps aux abonnés de Numéricable qui le souhaitent. Le grand n’importe quoi à droite représente les porteuses correspondant à la vidéo analogique.

Là, le commun des mortels qui a suivi se pose la question suivante :

Bande de fréquences énorme = débit énorme ?

Oui ! Le câble utilise une technologie de multi-diffusion appellée DVB (Digital Video Broadcasting) qui envoie en permanence tous les flux vidéos à tous les abonnés, contrairement à la TV par ADSL où le DSLAM envoie un seul flux TV à l’abonné. Sur Numéricâble, chaque abonné reçoit environ 480 Mbps de flux TV en permanence !

En plus, ça ne s’arrête pas là car le câble multi-diffuse également les flux Internet descendants. En effet les données représentées sur le spectre ci-dessus desservent en réalité 1200 abonnés environ. Chaque modem récupère ensuite les données qui lui sont destinées.

En clair, le câble coaxial permet des débits supérieurs à 1 Gbps ! Si à l’heure actuelle ces débits sont mutualisés, rien n’empêcherait techniquement Numéricâble à l’avenir de les mono-diffuser, à condition de dédier un câble par abonné dans l’immeuble, ou mieux : d’effectuer un raccordement des appartements en fibre optique, de façon à avoir du FTTH.

Précision technique sur la VOD de Numéricâble (pour les plus curieux !) :
Numéricable a choisi de diffuser sa VOD via DVB, et non sur IP comme ça aurait été le plus simple. Le protocole DVB ayant fait longuement ses preuves, Numéricable l’a préféré au streaming IP, encore jeune, afin d’offrir une qualité de réception optimale à ses abonnés.

Retour dans le HUB (pour les plus curieux !) :

12-frequencemetre

Comme vous pourrez le constater sur le schéma, la création du spectre DVB est effectuée au HUB par un équipement appelé CMTS. Rien de bien compliqué. On peut également voir que la fibre optique est utilisée uniquement pour ses caractéristiques parfaite de transport du signal mais pas pour sa capacité en débit car ici, elle ne transporte que (NDLR : c’est déjà bien !) 1 Gbps environ.

Le CMTS et le Digital Trunking sont reliés au backbone optique. Le CMTS alimente les convertisseurs RF / OP en voie descendante et en voie remontante, pour les données et la voix. Le Digital Trunking recrée les flux vidéos (transpondeurs DVB).

*RF = Radio fréquences
OP = OptiqueIl ne faut pas croire, le câblage n’est pas chose simple. C’est au contraire assez complexe et chaque élément de la chaîne doit être parfaitement accessible pour la maintenance. Il faut savoir que toutes les installations dans les immeubles ne sont pas aussi accessibles et bien tenues que celle qu’on a eu la chance de visiter.

Voici pour votre plaisir, quelques photos commentées de la visite du sous-sol d’un immeuble parisien câblé

En premier, le boîtier relié au réseau régional d’où arrive le signal dans le sous-sol de l’immeuble.

13-numeri-sous-sol

Le même boîtier ouvert et vu de plus près.

14-numeri-sous-sol

En général, le câble arrive dans le sous-sol d’un immeuble. Il est ensuite acheminé dans les étages via des liaisons coaxiales. A chaque étage (ou un étage sur deux s’il n’y a pas beaucoup d’appartements par étage), un boîtier de répartition est installé afin de connecter chaque appartement.

schema-immeuble

Revenons au sous-sol afin de ne pas laisser de côté un élément essentiel d’une installation : le matériel qui permet de passer d’un immeuble à un autre. Voici une pieuvre de fibres optiques !

15-numeri-sous-sol

Vous devez commencer à comprendre l’étendue du maillage incroyable que le câble doit déployer pour que le réseau soit parfait.

p-besnierNotre visite au siège social de Numericable nous a permis d’avoir quelques surprises, comme la présentation du prochain service de vidéos à la demande (VoD) de Numericable et surtout la rencontre du PDG, Philippe Besnier avec qui nous avons pu discuter très convivialement pendant quelques heures.

Philippe Besnier nous a présenté l’historique de Numericable et c’est non sans une certaine fierté qu’il nous a confirmé l’arrivée prochaine de l’offre unique en 100 mega, de la VoD et de la HD que compte lancer très prochainement l’opérateur.

Dès le début de l’entretien, le PDG nous a vanté l’arrivée de la « Cablebox » qui devrait détrôner toutes les « box » du marché en terme de possibilités. A commencer par la gestion du débit de 30 mega réel que les autres box ne savent pas gérer. A ce propos, une page dédiée à la « Cablebox » est à découvrir dans cet article.

Une autre question a été débattue sur le déploiement du réseau câblé français. Certains points nous ont parus importants à clarifier. Concernant les extensions de réseau, Philippe Besnier a rappelé que la priorité numéro 1 de l’entreprise est la rénovation du réseau actuel. C’est un chantier très important qui devrait s’achever fin 2009 pour la partie fibre optique. Au-delà, il y aura toujours des investissements importants pour accompagner les évolutions technologiques et monter en puissance partout où ce sera nécessaire. En matière d’extension du réseau, Numericable construit actuellement de nouvelles prises, notamment au Havre et en Ile-de-France dans le cadre de contrats avec les collectivités. La politique de Numericable est principalement d’accompagner le développement urbain des villes qui font déjà partie de son réseau. Il peut y avoir des exceptions avec de nouvelles villes dans le cadre d’un accord avec une collectivité, mais la priorité reste la rénovation du réseau existant.

Pour rappel, le réseau actuel a un potentiel de presque 10 millions de prises dans une cinquantaine de villes.

Nous avons demandé combien pouvait coûter le câblage d’une commune de 22 000 habitants.
Réponse : Après avoir fait quelques calculs, le PDG nous a dit que cela représentait quelques 10 000 prises et que le montant serait d’environ 10 millions d’euros, sous réserve qu’il n’y ait pas trop de travaux de génie civil.

Par ailleurs, nous avons demandé si le câble était implanté à 100 % dans les villes où il est présent.
Réponse : Dans la majorité des villes, le câble est effectivement présent dans quasiment tous les immeubles. Il y a cependant quelques exceptions, notamment à Toulouse, où certains endroits sont dans des « trous de câblage ». Dans ces lieux non pourvus de câble, c’est l’ADSL qui sera développé plus intensément afin d’éviter au maximum des différences sur l’offre.

Autre point qui nous a paru important, le partage des fourreaux en vue du déploiement de la fibre à très haute vitesse (FTTx).
Réponse : Il est clair que le partage des fourreaux n’a pas la préférence de Numericable, notamment pour des raisons d’ordre pratique. En revanche, la mutualisation de la fibre optique est déjà en cours de discussion avec d’autres opérateurs.

Nous avons demandé pourquoi l’abonné est obligé de louer le décodeur avec sa carte de décryptage dédiée et en aucun cas la carte seule en partant du principe qu’on peut trouver des décodeurs seuls sur le marché.
Réponse : le cablo-opérateur préfère contrôler son réseau de bout en bout et ne pense pas ouvrir une quelconque offre en carte seule. D’un autre côté la question du piratage, notamment en matière de haute définition, est une fois de plus mise en avant. Enfin, la cablebox existe non seulement en location mais également à la vente donc, le client à toujours la possibilité d’être propriétaire de son propre décodeur.

La conversation a continué sur les commentaires de l’offre Numericable de novembre et notamment sur le nouveau modem Wi-Fi + routeur Netgear et la « Cablebox HD ». En avant première, nous avons obtenu quelques infos concernant les prochaines évolutions de l’offre et du matériel, mais tout cela sera dévoilé en son temps…

netgearface

Philippe Besnier nous a rappelé que l’offre Numericable n’est pas seulement une offre de télévision, mais également la possibilité de posséder une simple ligne de téléphone en illimité avec 45 destinations internationales incluses pour le tarif de 19,90 euros par mois.

Partant du fait que le réseau câble donne l’impression d’être le plus évolué de tous les réseaux, nous avons demandé si Numericable envisage de créer une offre dédiée aux entreprises.
Réponse : Cela relèvera de l’activité de Completel que vient d’acquérir l’actionnaire du câblo-opérateur. Ceci étant, Numericable fait déjà de la location de liaison avec les opérateurs (Bouygues par exemple).

Concernant la téléphonie mobile et suite à la signature avec Bouygues en juillet 2007, quand arrivera l’offre MVNO de Numericable ?
Réponse : Des tests sont en cours à Roubaix et l’offre devrait arriver sur le marché en février/mars 2008. Elle sera destinée à la famille et utilisera la téléphonie incluse dans l’offre ainsi que le Wi-Fi du modem et le GSM dès lors que l’abonné sera en extérieur. A noter que les offres à venir seront destinées uniquement aux abonnés Numericable et ne devraient pas être proposées seules sans l’offre câble.

La Vidéo à la demande démarre progressivement chez Numericable.


Déjà disponible à Tourcoing, Roubaix, Rennes et Toulouse, la VoD arrivera petit à petit dans les autres villes.
Philippe Besnier nous a annoncé que la VoD était diffusée en qualité « broadcast » et non pas en IPTV. Tous les thèmes seront disponibles ainsi que la plupart des fournisseurs tels Canal+, MTV, Arte, Shorts TV, Canal J, Kaze, Marc Dorcel… Evidemment des programmes en haute définition sont également de la fête courant 2008.

16-numeri-vod

Un point fort de Numericable est d’avoir un réseau de boutiques. Pour l’abonné et les futurs clients, les points de ventes sont effectivement une bonne chose, ne serait-ce que pour obtenir des renseignements, acheter en direct ou se plaindre quand quelque chose ne va pas. Et justement le service après vente traité en boutique permet d’être plus rapide et efficace. A noter que le câblo-opérateur ouvre des boutiques en permanence et ce, dans toutes les villes de France.

Enfin, pour terminer notre entretien, Philippe Besnier est revenu sur le sujet qui a fait couler tant d’encre l’année dernière concernant les problèmes des abonnés. En toute honnêteté, il nous a dit que Numericable, à l’instar de tous les fournisseurs, devait faire encore quelques efforts et qu’en ce qui concerne les problèmes de l’année 2006, la quasi totalité d’entre eux sont terminés. Pour leur défense, et en tant que visiteur, nous avons remarqué une excellente ambiance et une belle envie de communiquer. Donc, effectivement, on peut facilement dire que les problèmes sont de l’histoire ancienne.
La « cablebox » est le terminal HD de Numericable.

cablebox

Fabriqué par Cisco, la « Cablebox » est en fait un décodeur Scientific Atlanta Explorer 8455 DVB dont les fonctionnalités sont expliquées sur ce fichier (Pdf).

Outre les fonctionnalités classiques à tous les terminaux avec disque dur interne, la cablebox vous apportera quelques options intéressantes.
cablebox
La plus importante est la possibilité de bénéficier d’une connexion Internet en 512 K même si vous n’êtes qu’en possession du matériel dans le cadre de la réception de la TNT. Pratique pour ceux qui n’ont pas pris l’option Internet et/ou pour qui le débit n’est pas une priorité (pour regarder ses mails, c’est bien suffisant).

Ceci étant, cette option 512 K n’est pas disponible partout. Il vaut mieux demander à votre agence si cette fonction est disponible chez vous (ou tout simplement essayer de vous connecter en suivant le mode d’emploi).

Si vous avez déjà une connexion Internet, cela vous en fera une seconde. Une seconde oui, mais indépendante de la première. Numéricâble ne communique pas sur ce point mais la seconde connexion, disponible dans la Cablebox va jusqu’à 30 Mégas et est totalement indépendante de la principale, avec une adresse IP différente également. Cela vous fait donc 30 Mégas en plus des 30 ou 100 Mégas déjà disponibles pour la connexion Internet principale. Eh oui, vous avez bien lu, Numéricable propose en fait du 130 Mbps + Téléphone + TV !

Autre fonctionnalité qui peut intéresser certains foyers qui utilisent énormément le téléphone. Le Modem gateway possède un second connecteur pour brancher une seconde ligne distincte de la ligne principale. Cette option est proposée pour 10 euros supplémentaires par mois.

Le Vidéoclub vous ouvre les portes de tous les spectacles en Vidéo à la demande.


La VoD est lancée sur Numericable ville par ville. Déjà, les clients de Tourcoing, Roubaix, Rennes et Toulouse y ont déjà accès. D’autres villes seront ouvertes au service chaque mois avec prochainement Paris et l’Ile-de-France. La VOD est accessible aux clients des villes éligibles et disposant soit d’une CableBox, soit d’une CableBox HD.

Pratiquement toutes les chaînes haute définition du marché sont proposées dans l’offre du câble.


TF1 HD, M6 HD, Arte HD, NRJ 12 HD, Luxe TV HD, Canal+ HD et National Geographic HD sont disponibles dès maintenant. Disney Cinémagic HD arrivera dès le début 2008.

Numericable est le seul opérateur à proposer une offre HD aussi riche à un tarif fort attractif.
Numericable nous a offert une visite fort agréable et nous a permis de découvrir un univers que nous ne connaissions que peu. Il est vrai que si nous connaissons bien l’ADSL, force est de reconnaître que le câble restait à découvrir.

Semblable sur certains points avec le déploiement de l’ADSL, celui du câble diffère dès lors que nous sommes dans un NRO, ne serais-ce que par les derniers mètres qui sont tirés en coaxial.

Par ailleurs, on peut saluer l’ouverture de l’opérateur qui ose désormais montrer comment il fonctionne et ce, sans restriction.

Le constat qu’on fera de cette journée, est que le câble n’est pas différent de l’ADSL si on on se réfère à l’organisation de l’offre et ses options.

Niveau technique, Numericable a cependant une bonne longueur d’avance par le débit de 100 mega qui sera généralisé sur tout le territoire national dans le courant de l’année prochaine.

L’autre différence est de pouvoir proposer des chaînes du bouquet Canalsat à l’unité, ce qui ne fait pas la joie des concurrents. Mais cette différence pourrait bien devenir obsolète si France Telecom, qui a porté plainte contre Canal+, gagne son procès.

Le bilan de cette visite de Numericable est très satisfaisant et nous laissera un agréable souvenir. En tout cas jusqu’à la prochaine visite car nous ne manquerons pas d’y retourner si le cablo-opérateur invente ou sort quelque chose d’important.

Et pour terminer selon la formule consacrée :
Patrick E. et Renaud K. en « direct » de Numericable.
Merci et au revoir…

FacebookTwitter

FacebookTwitter


Articles en relation

comments powered by Disqus