[Reportage] Corée du Sud : l’Internet des objets, le monde connecté de demain

16
DEC
2016
Partager cette actu sur :

Suite de notre périple en Corée du Sud. Après la 4G et la future 5G, intéressons-nous à l’Internet des objets. Pour augmenter leurs revenus, les opérateurs coréens se sont lancés dans ce nouveau marché encore balbutiant chez nous. Avec toutefois des stratégies différentes selon les publics. Zoom sur SK Telecom et LG U+.

FacebookTwitterGoogle+

L'Internet des objets, tout le monde en parle et l'annonce comme la révolution de demain. Selon les projections, on estime qu'il y aura 50 milliards d'objets connectés à travers le monde en 2020 pour un marché estimé à 300 milliards d'euros en 2022.

En France, les opérateurs se sont positionnés : Orange et Bouygues Telecom, via sa filiale Objenious, avec le réseau bas débit LoRa et SFR avec Sigfox. Pour l'instant, les offres concernent quasi-uniquement les entreprises, en Corée du Sud, les opérateurs s'attaquent déjà au marché grand public.

SK Telecom allie le réseau LoRa et le LTE-M pour les entreprises

SK Telecom a décidé de se concentrer sur le marché des entreprises comme les opérateurs français, il est plus mature que le grand public. Les perspectives de développement sont également plus nombreuses.

Corée du Sud : l'Internet des objets, le monde connecté de demain

L'opérateur s'appuie sur les réseaux LoRa et LTE-M. Pourquoi deux réseaux ? Car ils ne proposent pas les mêmes fonctionnalités et ne connectent pas les mêmes objets. Le réseau LoRa est prévu pour des objets fixes ayant besoin de peu de débits mais d'une grande autonomie ; l'exemple le plus frappant est le relevé du compteur électrique à distance. Tandis que le LTE-M permet des débits plus importants principalement pour des objets ayant besoin d'une connexion régulière, notamment pour les objets en mouvement.

LoRa couvre 99% des Coréens et 90% du pays

Le réseau LoRa de SKT couvre déjà 99% de la population et 90% du territoire du pays. Les objets connectés commercialisés par l'opérateur permettent de réaliser des mesures, de monitorer et piloter à distance ou encore optimiser les places d'un parc de stationnement. De plus, grâce à son autonomie importante, il n'est pas nécessaire d'alimenter électriquement ou de changer régulièrement l'objet connecté.

Le réseau LTE-M est une variante de la technologie utilisée pour la 4G, le LTE. Sa consommation énergétique est plus importante mais les débits le sont aussi, ce qui permet d'échanger avec des objets qui ont besoin de transmettre plus d'informations. On pense par exemple à des objets en mouvement ou alors le suivi d'enfants.

Une plateforme de développement collaborative

Pour assurer le succès de ses services, SKT a développé une plateforme collaborative où développeurs et utilisateurs peuvent échanger sur les fonctionnalités et l'évolution de leurs besoins. Les développeurs ont également accès à un kit de développement via des API pour créer de nouveaux usages. 648 partenaires travaillent déjà avec l'opérateur.

100 000 objets LoRa ont déjà été commercialisés avec des tarifs variables. La formule la plus populaire consiste à payer 0,32€/objet pendant 5 ans, permettant ainsi d'amortir le coût.

Une stratégie suivie attentivement en France par Orange et surtout Bouygues Telecom qui compte déployer prochainement le LTE-M.

L'Internet des objets pour la maison connectée

LG U+ a déployé une stratégie différente sur l'Internet des objets en se concentrant sur les particuliers et leurs domiciles. Deux axes ont été développés : l'énergie et la sécurité. Deux gammes d'objets connectés sont produites et disponibles sur un mur de démonstration présent dans plus de 250 boutiques de l'opérateur.

Corée du Sud : l'Internet des objets, le monde connecté de demain

Plus de 50 objets connectés et déjà 500 000 clients

Le catalogue est composé de plus de 50 objets connectés ayant déjà convaincu plus de 500 000 coréens. L'opérateur mise sur l'accompagnement avec plus de 1 000 techniciens qui viennent installer au domicile des clients les différents éléments.

Prises connectées pour contrôler les lampes, volets roulants, aspirateur, mangeoire pour animaux, les possibilités sont infinies. Tout élément électrique peut être connecté, 80% des objets vendus permettent d'ailleurs d'activer ou de couper l'alimentation électrique d'un objet.

L'électricité pour protéger

La consommation électrique est d'ailleurs un indicateur utilisé par LG U+ pour la sécurité des personnes. Si au domicile d'une personne isolée ou ayant besoin d'assistance, la consommation électrique venait à varier, la personne responsable reçoit un SMS la prévenant d'une activité anormale suggérant que la personne a peut-être besoin d'un secours.

LG U+ voit dans l'Internet des objets un moyen pour accompagner le maintien à domicile des personnes âgées et/ou dépendantes.

Différentes technologies pour différents usages

Pour la maison connectée, l'opérateur utilise le Z-Wave qui est l'équivalent de LoRa à l'échelle du domicile avec un faible débit et une grande autonomie. Il suffit de connecter un dongle, fourni par l'opérateur, à sa box. Si l'objet demande plus de débit, il est capable d'utiliser le Bluetooth ou le Wi-Fi.

Même si LG U+ se concentre sur le marché grand public et l'habitat communicant, il n'en oublie pas moins les entreprises et lancera également son propre réseau LoRa en 2017.

Les opérateurs coréens investissent et évangélisent leurs clients

La Corée du Sud est donc en pointe sur l'Internet des objets, principalement sur la maison connectée et les services aux particuliers. Les opérateurs ont opté pour des stratégies qui leur permettent d'investir massivement dans une technologie, d'être prescripteur auprès de la population et enfin d'apprendre puis de s'adapter face aux usages réels. Un modèle pour les opérateurs français.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus