A 13:13 dans Fibre optique

La Côte d’Ivoire développe le projet national « Backbone »

11
MAI
2016
Partager cette actu sur :

Le projet Backbone se concrétise petit à petit en Côte d’Ivoire. Le Gouvernement désire tenir ses promesses en déployant un réseau « très haut débit » d’ici 2018 sur tout le territoire national.

FacebookTwitter

Backbone, lancé en Côte d'Ivoire en 2012 par le Gouvernement avance à grands pas. Conscient de l'importance du développement des TIC (Technologies d'Information et de Communication) pour le pays, le Gouvernement ivoirien (plus particulièrement le ministre de l’Économie numérique et de la Poste, Bruno Koné) et l'ANSUT ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin.

Bruno Koné, ministre de l'économie du Numérique

Le projet Backbone Côte d'Ivoire en quelques chiffres

Cette initiative gouvernementale serait le déclencheur du "Big Bang" technologique en Côte d'Ivoire. Avec plus de 8 millions d'abonnés à Internet, le pays Ouest africain est sur le point de connaître un boom technologique.

Le projet Backbone, initié par l'Etat en 2012, a pour objectif de couvrir l'entièreté du territoire en très haut débit grâce au déploiement de 7 000 km de fibre optique. De plus, "il permettra de récupérer l’Internet haut débit depuis les câbles sous-marins ACE, SAT3 et WACS et de le rendre plus accessible à la population" selon Ticeduforum. En plus des investissements des opérateurs nationaux (MTN, Moov et Orange Côte d'Ivoire), ce sont plus de 152 millions d'euros (environ 100 milliards de F CFA) qui ont dû être déboursés afin de concrétiser les 3 phases principales du projet :

  • Phase 1 : couverture du Nord et de l'Ouest du pays sur plus de 1 400 km. Cette partie devrait être achevée en fin d'année.
  • Phase 2 : connexion de l'Est au réseau de la métropole d'Abidjan grâce à un raccordement sur 620 km. Le 30 novembre 2015, la liaison a été inaugurée par le Premier ministre Daniel Kablan Duncan. Cependant, le feu vert de l'ART (Agence de Régulation des Télécoms) est nécessaire avant toute exploitation.
  • Phase 3 : la dernière étape de ce projet a été entamée au cours du mois d'avril dernier et devrait durer deux ans. Il s'agit d'effectuer le maillage de tout le territoire national grâce à un réseau complémentaire de 5 000 km de fibre optique. Cette dernière phase qui prendra fin en 2018 devrait permettre à la Côte d'Ivoire de s'immerger totalement dans cette ère numérique.

Backbone Côte d'Ivoire

Quels apports pour le pays ?

Le développement de l'économie numérique repose essentiellement sur ce réseau très haut débit. Grâce à la technologie "fibre optique", toute la population mais surtout les différentes administrations connaîtront un "boost" certain dans leur activité économique.

L'exploitation du Backbone en Côte d'Ivoire devrait générer des revenus de 15 milliards de F CFA dont une partie reviendrait à l'ANSUT. Mais le plus gros apport pour l'Etat sera le fait de pouvoir connecter entre elles toutes les administrations du pays. Pour faciliter les démarches "nous pourrons mettre en place un système avec un fichier unique et un identifiant pour tous les Ivoiriens, ce qui va faciliter la vie de l’État, des citoyens, et également permettre d’améliorer la sécurité en Côte d’Ivoire" explique le ministre chargé de l'Economie Numérique.

Enfin, le développement de cet important réseau fibré mènerait le pays vers un projet très ambitieux : la mise en place d'un satellite de télécommunications et de surveillance.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus