L’Union européenne va renforcer la protection des données personnelles sur Internet

24
JAN
2012
Partager cette actu sur :

Viviane RedingLa protection des données personnelles sur Internet des citoyens européens va enfin bénéficier d’une législation claire et plus rigoureuse. Viviane Reding a révélé dimanche tout un arsenal de mesures allant dans ce sens. Les entreprises extra-européennes comme Facebook ou Google devront s’y soumettre.

Moins d’un an après son discours sur le renforcement de la protection des données personnelles, Viviane Reding, commissaire européenne chargée de la Justice, a présenté les mesures pour protéger les citoyens européens lors d’une conférence à Munich.

Cet arsenal de lois vise essentiellement les entreprises étrangères commme Facebook ou Google qui récupèrent les données de leurs membres et qui les rapatrient sur leur territoire pour ne pas être soumis à la législation européenne. La réforme obligera ces sites Internet à obtenir le consentement des internautes dans des termes clairs pour collecter leurs données. Par exemple, ils devront expliquer comment ces informations seront stockées, combien de temps et dans quel but.

Désormais, les éditeurs de sites Internet devront nommer une personne responsable des données personnelles.

facebookFarouche défenseur du droit à l’oubli, Viviane Reding a assuré que les citoyens européens possèderont le droit de « retirer le consentement qu’ils avaient donné » à la récupération de leur données personnelles. « Le citoyen doit avoir plus de pouvoir, et pouvoir contrôler ce qui est mis en ligne. », a affirmé la commissaire européenne. Toutefois dans le cadre du droit à l’information ou de la liberté d’expression, le citoyen ne pourra exercer le droit à l’oubli.

En outre, suite aux différentes affaires de piratages de données personnelles qui ont secoué le web ces dernières années, comme la fuite d’informations subie par les applications Facebook, la future législation prévoit que les sites devront immédiatement en informer leurs membres dans les 24 heures.

Lorsque ces lois entreront en vigueur, Google risque de subir un afflux massif de demandes et devra revoir sa façon de référencer les personnes.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus