A 8:54 dans Europe, International

L’Union européenne veut numériser 30 millions d’oeuvres

2
NOV
2011
Partager cette actu sur :

Logo Europeana L’ambitieux projet de la bibliothèque en ligne Europeana fait l’objet de toutes les attentions. Consciente de la richesse sans pareil de notre héritage culturel, la Commission européenne souhaite accélérer sa numérisation pour le transmettre aux générations futures et en donner l’accès au plus grand nombre. Pour cela, elle a envoyé des recommandations aux Etats membres afin d’enrichir le projet Europeana de 11 millions d’œuvres supplémentaires d’ici 2015.

Bien que l’Union européenne soit en pleine tourmente avec la crise grecque, cela ne l’empêche pas de se soucier de la culture. Neelie Kroes, la commissaire européenne en charge de la société numérique, a publié 12 recommandations destinées aux États membres pour les guider dans la numérisation de leur patrimoine culturel.

Consciente du caractère « incomparable » de notre héritage culturel, l’Union européenne souhaite numériser et mettre en ligne toutes les œuvres (livres, peintures, sculptures…) du Vieux Continent afin d’en faciliter l’accès au plus grand nombre et de les transmettre aux générations futures.

Neelie Kroes Internet EuropePour atteindre cet objectif ambitieux estimé à 100 milliards d’euros, elle souhaite respecter l’agenda numérique que s’est fixé Bruxelles. Se basant sur le rapport rédigé par un comité des sages, Neelie Kroes veut accélérer le projet Europeana. Lancée en 2008, cette bibliothèque numérique recense au sein d’un site multilingue 19 millions d’objets numériques. L’objectif avoué est de l’enrichir de 11 millions d’œuvres supplémentaires dans les trois prochaines années.

Face au coût de la numérisation, une des recommandations phares est d’inciter les gouvernements à nouer des partenariats publics-privés. De plus, chaque nation se voit attribuer un objectif qui lui est propre. Par exemple, la France est le pays qui, avec 750 millions d’euros consacrés à la numérisation de son patrimoine, est, de loin, celui qui fournit le plus gros effort. L’Hexagone doit faire passer son nombre d’œuvres présentes dans Europeana de 2,745 millions à 4,308 millions d’ici 2015.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus