Internet haut débit : les opérateurs français les moins chers d’Europe mais les plus gros menteurs

26
MAR
2014
Partager cette actu sur :

Drapeau européen Union européenne CommissionL’Union européenne vient de publier pas moins de quatre études sur la qualité de la connexion Internet en Europe. Les résultats sont édifiants. Les prix peuvent varier du simple au quadruple et les informations fournies par les opérateurs manquent toujours de transparence. Si la France fait figure de bon élève pour les tarifs, ses opérateurs ne tiennent pas leurs promesses en matière de débit.

Si la connexion Internet devient un besoin quasi vital au même titre que le raccordement à l’électricité ou à l’eau courante, on ne peut pas dire que les Européens soient logés à la même enseigne. La Commission Européenne a rendu public quatre études qui permettent de relativiser la situation de la France en matière de connexion Internet. Les résultats illustrent que le prix, le débit et les services disponibles varient considérablement d’un pays à un autre. En outre, l’étude SamKnows confirme que le fossé entre la publicité des opérateurs et la réalité de la connexion est toujours aussi grand.

Tarifs Internet : la France dans le top ten

FacebookTwitter

L’étude comparative BIAC sur les tarifs de l’accès Internet à haut débit qui a été réalisée dans tous les Etats membres de l’UE ainsi qu’au Canada, en Islande, au Japon, en Corée du Sud, en Californie, au Colorado et dans l’état de New York montre que les tarifs des offres Internet haut débit les plus courantes peuvent quadrupler d’un État à un autre, même en tenant compte du pouvoir d’achat.

Prix des offres Internet en Europe, février 2013

Si la moyenne des offres Internet en France se situe dans une fourchette comprise entre 22€/mois et 40€/mois, elle peut grimper jusqu’à 140€/en Pologne et 120€/mois en Croatie. En règle générale, la France se situe en permanence dans les pays où la connexion Internet est la moins chère, notamment dans les offres triple play. Les offres Internet les moins chères se situent en Lituanie (à partir de 10,30€/mois) en Roumanie (11,20€/mois) ; dans d’autres pays l’offre la moins chère peut atteindre 46,20 €/mois (Chypre), les tarifs en Espagne et en Irlande (38,70€/mois et 31,40 €/mois respectivement) venant juste derrière.

Classement des offres Internet 12Mb/s et 30 Mb/s

Vers un marché unique de l’Internet ? Devant ces résultats, Neelie Kroes, vice-présidente de la Commission européenne a déclaré : « Il n’existe pas de marché unique de l’Internet et cela doit changer. Rien ne justifie qu’un consommateur européen paie quatre fois plus cher qu’un autre pour la même connexion haut débit. » De la même façon que Bruxelles a fortement contribué à la baisse des prix de l’Internet fixe et des frais de roaming notamment sur la baisse du dégroupage et l’instauration du paquet télécoms, la Commission européenne prévoit de faire disparaître ces différences de tarifs. La semaine prochaine, le Parlement européen devra se prononcer sur une proposition de la Commission visant à faire de l’Europe un continent connecté qui prévoit, pour remédier à ces problèmes, que les consommateurs bénéficient d’une transparence accrue, de droits plus étendus et de services améliorés. Ce nouveau paquet télécoms vise à faire disparaître les différences de tarifs en donnant plus de pouvoir aux consommateurs. Par ailleurs, il vise à offrir aux opérateurs un cadre propice à la vente de leurs services aux consommateurs d’autres pays. Les opérateurs français toujours les plus gros menteurs La Commission européenne a aussi publié l’étude complète réalisée par SamKnows. Basé sur 7 milliards de mesures de connexions Internet grâce aux concours de 10 000 volontaires, ce sondage confirme les premiers résultats publiés en juin 2013. Sur les connexions xDSL, le débit fourni tous opérateurs confondus ne représente que 63,8% du débit annoncé. En revanche, pour les connexions câble et fibre optique les débits fournis se situent à plus de 85% des débits annoncés. Aux Etats-Unis, le débit fourni en xDSL représente 85,3% du débit descendant annoncé.

Moyenne débits descendants réels en Europe

En France, la majorité des opérateurs annoncent un débit descendant en ADSL jusqu’à 20 Mb/s or dans la réalité la moyenne des débits descendants des Français se situe à 7,55 Mb/s sous la moyenne européenne à 8,55Mb/s. Ainsi le débit fourni ne représente que 44,31 % du débit annoncé ! Soit le pire score de l’Union Européenne.

Moyenne des débits descendants en xDSL en Europe

Devant ce constat, Neelie Kroes a déclaré : « Les réseaux de base s’améliorent, mais l’écart entre les débits annoncés et les débits réels est aussi marqué qu’en 2012. Cela nous conforte dans l’idée qu’il faut renforcer et harmoniser les droits des consommateurs, comme nous le proposons dans notre paquet relatif au continent connecté.» Si l’Union Européenne peut prendre des mesures coercitives pour parvenir à une harmonisation des tarifs des connexions Internet en Europe, les opérateurs, notamment ceux implantés dans plusieurs pays d’Europe, peuvent d’ores et déjà uniformiser leurs offres. Plus que jamais, l’heure est vraiment à la consolidation dans le secteur des télécoms. En France, le gouvernement a déjà pris des mesures pour exiger plus de transparence de la part des opérateurs, en particulier en leur demandant de communiquer sur le débit auquel peuvent prétendre leurs abonnés. Toutefois, la meilleure solution est de déployer le plus rapidement possible le très haut débit. En attendant, nous rappelons que notre site DegroupTest.com permet de connaître le débit réel avant de souscrire à une offre Internet. Les quatre études de la Commission Européenne sont accessibles en cliquant sur ces liens :

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus