A 14:36 dans Fibre optique

Fibre optique : la France ne tire pas profit du déploiement

12
FEV
2009
Partager cette actu sur :

Fibre optiqueL’Idate dresse un panorama du développement de la fibre optique en Europe. Le constat concernant la France est plutôt alarmant. La proportion entre le nombre de prises et le nombre d’abonnés frise le ridicule.

Le très haut débit est un enjeu primordial pour les années à venir. Alors que le Conseil économique et social plaide pour une politique plus ambitieuse en ce qui concerne le numérique, l’Idate se penche sur la situation actuelle du FTTH et FTTB en Europe. Le résultat n’est pas brillant pour la France.

L’Idate (Institut de l’Audiovisuel et des Télécommunications en Europe) vient de publier une étude concernant le très haut débit en Europe. Trois données importantes permettent d’avoir une idée globale du déploiement : le nombre de logements raccordables, le nombre d’abonnés effectifs et le ratio entre ces deux chiffres.

La France ne tire pas profit de la fibre qu’elle a déployée

Déploiement FTTH/B en EuropeCliquez sur l’image pour l’agrandir

Le tableau de comparaison des logements raccordables place la France en tête avec 4,5 millions. Numericable assure, à lui seul, 3,4 millions de logements avec sa solution FTTLA (assimilée ici à du FTTB). Le reste est partagé entre France Télécom (500 000), Iliad/Free (300 000) et SFR (250 000).

La France devance largement la Suède et l’Italie qui comptent respectivement 2 milllions et un peu moins d’un million de logements raccordables. Toutefois, avant de crier « Cocorico », regardons de plus près le tableau concernant le nombres d’abonnés effectifs.

Abonnés FTTH/B en EuropeCliquez sur l’image pour l’agrandir

Le pays se place désormais en troisième position (moins de 200 000 abonnés), devancé par la Suède et l’Italie, et se situe à peu près au même niveau que la Norvège et les Pays-Bas. On pourrait se consoler en se disant que la France reste sur le podium mais les chiffres sont plutôt alarmants.

En disposant de deux fois plus de logements raccordables que l’Italie, la France se retrouve pourtant avec un tiers d’abonnés en moins. Le ratio entre l’étendue du réseau et le nombre de clients actifs est préoccupant : la France n’utilise que 4,1 % de son potentiel. A titre de comparaison, la Suède est à 44,1 %, l’Allemagne à 21,5 % et l’Italie à 14,5 %, à égalité avec le Danemark.

Fibre optiqueLa France a donc un véritable problème : elle ne tire absolument pas profit de son infrastructure. Certains verront Numericable comme seul responsable de ce maigre pourcentage, mais ils auraient tort. En mettant à part le câblo-opérateur, les trois acteurs restants totalisent plus d’un million de logements mais restent en deçà de 100 000 abonnés. Avec un pourcentage de moins de 10 %, le rapport entre les logements éligibles et le nombre de clients reste faible pour l’ensemble des opérateurs développant le FTTH.

Au final, on constate que le déploiement de la fibre optique n’est pas forcément un problème. L’obstacle réside plutôt dans la transformation de ces logements raccordables en foyers abonnés. Les opérateurs devront se lancer dans une grande politique de communication pour rétablir ce déséquilibre afin que la France rattrape son retard par rapport aux autres pays européens.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus