La neutralité du net gagne une bataille aux États-Unis

5
FEV
2015
Partager cette actu sur :

Souvent malmenée, la neutralité du net vient aujourd’hui de remporter une victoire aux États-Unis. Le gendarme des télécoms américain vient de prendre position en faveur d’un Internet « rapide, juste et ouvert ».

FacebookTwitter

neutralité du net

La  neutralité du net est un sujet qui fait débat depuis plus d'un an, notamment aux États-Unis. En mai dernier, la FCC (Federal Communication Commission), l'équivalent américain de l'ARCEP, approuvait un projet de règlementation autorisant les opérateurs à appliquer un tarif préférentiel à des sites de contenus comme YouTube ou Netflix. En d'autres termes, cette nouvelle règlementation permettait aux fournisseurs d'accès Internet de faire payer un site et de lui garantir en échange un bon débit.

Une décision qui n'a pas plu à bon nombre d'acteurs du web et d'Internautes, et pour cause : une telle autorisation remettrait complètement en question la neutralité du net qui implique que tous les flux de données sur Internet doivent être traités de manière équitable.

En novembre dernier, le Président Obama s'est invité dans ce débat houleux en exprimant clairement son intention de protéger la neutralité du net. "Les opérateurs Internet ne peuvent pas décider sur quelle boutique en ligne vous pouvez acheter ou quel service de streaming vous pouvez utiliser. Et ils ne peuvent laisser les entreprises payer pour être prioritaires par rapport à leurs concurrents [...]. Je demande à la FCC de reconnaître que pour la plupart des Américains, Internet est devenu une part centrale de la communication de tous les jours et dans la vie de tous les jours" déclarait-il.

Il semblerait que la FCC ait entendu le message du Président puisqu'elle vient justement de plaider en faveur d'un Internet "rapide, juste, et ouvert". "C’est le message que j’ai entendu de la part des consommateurs mais aussi des innovateurs. Ce sont les principes qui ont permis à Internet de devenir cette plate-forme unique de création et d’expression publique" a ajouté Tom Wheeler, le patron de la FCC dans une tribune du magazine Wired.

US-FCC-Seal.svgAussi, la FCC va présenter une proposition visant à éviter un Internet à deux vitesses. Le gendarme des télécoms évoque de nouvelles règles qui "interdiront les priorités payantes, et le blocage ou bridage des contenus et services légaux". Ces mesures drastiques seront soumises au vote des membres de la FCC le 26 février.

La neutralité du net est-elle définitivement hors de danger ? Pas si sûr, puisque de telles mesures risquent de déplaire aux fournisseurs d'accès Internet qui protesteront certainement contre cette nouvelle règlementation. L'opérateur américain Verizon n'a d'ailleurs pas tardé à réagir en qualifiant de "contre-productif" le  nouveau projet de la FCC. Les débats promettent d'être houleux.

Source : Les Echos
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus