A 10:56 dans Amérique, International

L’opérateur AT&T éteint la 2G aux Etats-Unis

20
JAN
2017
Partager cette actu sur :

L’opérateur AT&T, numéro deux américain du mobile vient d’annoncer qu’il avait coupé la 2G sur son réseau. Raisons, objectifs et conséquences, on vous explique le but de la manœuvre.

FacebookTwitterGoogle+

Depuis le 1er janvier 2017, les abonnés AT&T ne peuvent plus passer d'appels ni échanger de SMS en 2G. L'opérateur vient en effet de couper la 2G sur son réseau. Le but de l'opération : ré-allouer les fréquences auparavant utilisées par la 2G pour les mettre à disposition du très haut débit mobile, c'est-à dire de la 4G et même de de la 5G.

4g mobile network

La consommation de data explose

« C'est pour soutenir la croissance exponentielle de l'Internet mobile et libérer du spectre et des fréquences pour les nouvelles technologies que nous avons mis fin à la 2G », a expliqué John Donovan, le directeur en charge de la stratégie AT&T. « Depuis le lancement de la 2G, de nouvelles technologies, comme les smartphones, ont bousculé le paysage des réseaux télécoms. Ainsi depuis 2007, la consommation data a explosé de 250 000 %, tirée en grande partie par la vidéo » ajoute-t-il.

Verizon de son côté prévoit une extinction de la 2G pour 2019, et T-Mobile pour 2020.

La 2G déjà coupée en Australie

Si AT&T est le premier opérateur à avoir coupé la 2G aux Etats-Unis, il ne s'agit pas pour autant d'une première mondiale. En Australie, le numéro un Telstra a éteint la 2G sur son réseau en novembre dernier, et il sera suivi dans l'année par ses concurrents Optus et Vodafone.

Et en France ?

En France, la configuration n'est pas la même et la 2G est encore beaucoup utilisée. D'ailleurs, certaines communes ne sont toujours pas équipées de services mobiles. En octobre 2016, l'ARCEP constatait que 91% des centre-bourgs du programme Zones blanches - Centre-bourgs n'étaient pas encore couverts pour les services voix et SMS. Aussi une extinction de la 2G n'est pas envisageable pour le moment sur l'hexagone.

Source : Les Echos
FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus