Windows 7 et Internet Explorer seront moins liés

9
MAR
2009
Partager cette actu sur :

Corde Lien
Microsoft tenterait-il de s’attirer les bonnes grâces de la Commission européenne ? Sur le prochain système d’exploitation de la compagnie, Windows 7, le navigateur Internet Explorer pourra être désactivé.

Bruxelles semble ne pas s’être trompé sur le compte de Microsoft en choisissant d’assouplir la surveillance européenne en place depuis 2004 sur le respect de l’interopérabilité auquel est contrainte la firme de Redmond.

Clavier ordiEn effet, le géant américain des logiciels, accusé à plusieurs reprises d’abus de position dominante tant en Europe qu’aux Etats-Unis, tente de redorer son image. Ainsi, le prochain système d’exploitation de Microsoft, Windows 7, qui doit faire oublier les mécontentements suscités par Vista, devrait permettre à l’utilisateur d’activer ou de désactiver certains programmes associés, dont Internet Explorer et Windows Media Player.

Selon un responsable de la compagnie, Windows 7, c’est « plus de contrôle, de flexibilité et d’options pour gérer les fonctionnalités » dont dispose l’utilisateur. Il s’agit également d’un signal à l’attention de la Commission européenne.

Ordinateur joie vidéoEn effet, bien que les modalités de contrôle dont Microsoft fait l’objet aient été assouplies, une procédure est toujours en cours pour déterminer si la firme créée par Bill Gates est coupable d’abus de position dominante dans la commercialisation quasi systématique de son navigateur Internet Explorer avec son système d’exploitation.

Cette preuve de bonne volonté de la part de Microsoft pourrait peser favorablement dans la balance lorsque la Commission européenne rendra sa décision.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Microsoft a gagné la confiance de la Commission européenne

5
MAR
2009
Partager cette actu sur :

Ordinateur surveillance
La Commission européenne n’estime plus nécessaire de placer Microsoft sous contrôle permanent, comme c’était le cas depuis sa condamnation pour avoir enfreint les lois antitrust européennes en 2004.

Depuis 2004, Microsoft est tenu de communiquer « des informations exhaustives et précises sur l’interopérabilité » à la Commission européenne. A l’époque la firme de Redmond avait été condamnée pour la vente liée de son système d’exploitation Windows et de Windows Media Player.

Ordinateur surveillanceOr, Bruxelles estime que le changement de comportement de Microsoft ainsi que « la possibilité accrue, pour les tiers, de faire valoir leurs droits directement auprès des juridictions nationales » ont rendu caduque « l’assistance permanente d’un mandataire chargé de contrôler le respect des obligations incombant » à l’entreprise.

Néanmoins, la Commission européenne n’exclut pas la possibilité d’avoir recours de manière ponctuelle à des consultants techniques afin de s’assurer du respect de l’interopérabilité par Microsoft.

Internet Explorer 7Cette clémence européenne à l’égard du géant des logiciels ne remet cependant pas en cause la procédure en cours concernant la vente liée du navigateur Internet Explorer avec le système d’exploitation Windows, qui concernerait 90 % des PC sur le marché. La fondation Mozilla et Google ont d’ailleurs souhaité apporter leurs contributions à cette enquête.

La réponse de Microsoft à la communication de griefs envoyée par Commission européenne mi-janvier ne devrait d’ailleurs plus trop se faire attendre. La firme américaine disposait en effet d’un délai de huit semaines pour faire valoir ses arguments.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus