A 10:51 dans Orange

Orange prépare son arrivée en Iran

1
SEP
2016
Partager cette actu sur :

Depuis la levée des sanctions internationales, le marché iranien, composé de 80 millions d’habitants et consommateurs potentiels, attise l’appétit des entreprises européennes et américaines. Dans le monde des télécoms, Orange pourrait bien être la première entreprise étrangère à prendre une participation dans une entreprise iranienne, MCI, le leader local.

FacebookTwitter

Les négociations sur le nucléaire iranien terminées, il est tant de reprendre les affaires interrompues brutalement il y a plus de 35 ans. La levée de la plupart des sanctions internationales permettent aux entreprises occidentales et asiatiques d'investir sur cet immense marché de 80 millions d'habitants.

Orange veut acheter des parts de MCI

Parmi les entreprises françaises, on retrouve Peugeot qui fut le plus grand constructeur automobile en Iran et qui veut faire son grand retour. L'autre multinationale française qui a des ambitions pour le marché iranien n'est autre qu'Orange.

L'opérateur historique, présent dans 29 pays et desservant plus de 250 millions de clients dans le monde, est entré en négociations avec le plus grand  opérateur iranien MCI pour une prise de participations.

Des négociations en cours

Plusieurs autres sociétés européennes auraient également regardé le dossier selon le Wall Street Journal. Quelques cadres d'Orange ont discuté d'un possible accord commercial avec Vahid Sadoughi, PDG de MCI, sans qu'une offre formelle n'ait été faite.

« Nous conduisons des études de faisabilité pour comprendre et évaluer ce qui est possible dans cet environnement complexe, en particulier étant donné certaines sanctions économiques qui s'appliquent à l'Iran », a indiqué un porte-parole d'Orange au WSJ.

M. Sadoughi a quant à lui précisé que les négociations « n'étaient pas encore terminées » mais qu'elles devraient « se finaliser dans les trois ou quatre prochains mois ».

Orange tâte le terrain des sanctions américaines

Toutefois, toutes les sanctions, notamment américaines, n'ont pas été levées et beaucoup d'entreprises craignent des mesures de rétorsion de la part de l'administration américaine. Même si Orange n'est pas présent aux États-Unis, l'entreprise est cotée à New York, en plus de Paris.

L'Iran pourrait donc devenir le 30e pays où opère Orange.

Source : Les Échos
FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus