A 11:30 dans xDSL

90% des répartiteurs compatibles VDSL2

11
DEC
2014
Partager cette actu sur :

Un an après le lancement du VDSL2, l’ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes) fait le bilan du déploiement de cette nouvelle technologie très haut débit en France.

FacebookTwitter

Lancé en octobre 2013, le VDSL2 (Very high speed Digital Subscriber Line) est un protocole technique qui permet d'améliorer le débit des abonnés ADSL jusqu'à 100 Mb/s. Cette solution très haut débit se présentait alors comme une alternative à la fibre optique mais elle souffrait toutefois de certaines limites.  Il fallait notamment résider à moins de 1,6 km du NRA (central téléphonique), et être relié directement noeud de raccordement sans passer par un sous-répartiteur. Des contraintes qui empêchaient donc plus de 80% de la population de profiter du VDSL2.

Ouverture du VDSL2 : un million de foyers supplémentaires éligibles au très haut débit

Le 10 juillet, le comité d’experts de l’ARCEP a assoupli cette réglementation en étendant le périmètre d’autorisation du VDSL2 aux lignes en distribution indirecte (23.3 millions de lignes). En d'autres termes, toutes les lignes reliées à un central téléphonique (30,8 millions de lignes) qu'elles passent ou non par un sous-répartiteur sont concernées.

Grâce à cette autorisation, l’ARCEP estime que le VDSL2 pourrait permettre à 1 million de logements supplémentaires de profiter du très haut débit. "Cette hausse de l’éligibilité au très haut débit, bien que significative, reste plus modérée que celle observée lors de la première phase d’ouverture du VDSL2 limitée à la distribution directe (le VDSL2 avait alors permis à plus de 1,9 million de logements supplémentaires de bénéficier du très haut débit d’un trimestre à l’autre)" remarque toutefois le régulateur.

89,3% des répartiteurs compatibles VDSL2 fin 2014

ARCEP - Etat des lieux du VDSL2 en décembre 2014

Aujourd'hui, 97,8% des lignes en zones dégroupées sont couvertes en VDSL2 contre 4,6% en zone non dégroupée. Au total, 89,3% des NRA (noeuds de raccordement) sont équipés de cette technologie toutes zones confondues. Le VDSL2 a donc été rapidement déployé par les opérateurs : "en seulement un an, le VDSL2 a eu un impact significatif tant sur les débits proposés sur la boucle locale de cuivre que sur l’éligibilité au très haut débit sur le territoire" précise en effet l'ARCEP.

 Une adoption du VDSL2 jugée lente dans les foyers français

vdsl2-Arcep-repartition-debit

Aujourd'hui, le VDSL2 représente 1% des abonnements très haut débit. Pour l'ARCEP, l'adoption de cette nouvelle technologie est donc plutôt lente, et ce pour différentes raisons :

  • la nécessité de disposer d'une box compatible VDSL2
  • les processus de migration de l’offre ADSL vers l’offre VDSL2 qui varient d’un opérateur à l’autre
  • certains opérateurs ne proposent le VDSL2 que sur les lignes de cuivre les plus proches des NRA, ce qui limite l'éligibilité

"L’ARCEP observe une certaine inertie sur le marché de détail, plus lent à adopter cette technologie, malgré les déploiements importants d’équipements VDSL2 par les opérateurs ces derniers mois " conclut ainsi le régulateurs des télécoms. La récente extension du VDSL2 et le besoin croissant des Français du très haut débit viendront peut-être changer la donne dans les mois à venir.

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus