A 14:35 dans Déploiement, Internet

Altitude Infrastructure déploie un réseau 4G fixe à l’échelle départementale

14
FEV
2017
Partager cette actu sur :

Après une expérimentation de près d’un an, Altitude Infrastructure inaugure son réseau 4G fixe d’une envergure départementale.

FacebookTwitterGoogle+

En septembre 2015, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne renouvelait sa confiance pour 4 ans à Altitude Infrastructure et Alsatis Réseaux (Groupe Alsatis), qui exploitent le Réseau d'Initiative Publique radio de la Haute-Garonne depuis 2007. Afin de couvrir le territoire le plus vite possible en Très Haut Débit (30 Mb/s), le département de la Haute-Garonne avait associé une tranche conditionnelle à ce marché qui consiste à réaliser une montée en débit du réseau radio actuel et à étendre celui-ci à de nouvelles zones du département.

Cette évolution du réseau radio s'inscrit dans le Schéma Directeur d'Aménagement Numérique (SDAN) départemental pour couvrir les zones mal desservies en ADSL qui ne font pas partie des premières phases de travaux de mise en place du réseau FTTH (fibre jusqu'à l'abonné).

La 4G LTE au service de l'Internet fixe

Dans ce cadre, Altitude Infrastructure a choisi de tester la technologie « LTE » (Long Term Evolution) ou « 4G fixe », réseau de 4ème génération qui permet de garantir des débits élevés aux clients connectés notamment grâce à l'utilisation d'une bande de fréquence dédiée. Rappelons que Bouygues Telecom a lui aussi mis le très haut débit mobile au service du fixe via sa 4G box.

En test depuis près d'un an

L'expérimentation a débuté en avril 2016. Deux sites pilotes (Rieux Volvestre et Latrape) ont été créés en parallèle du réseau Wimax existant et un panel d'une vingtaine de bêta-testeurs a été défini pour tester l'accès au service Internet Très Haut Débit (30 Mb/s descendant - 5 Mb/s montant) fourni via les opérateurs Alsatis et Ozone. Cette phase d'expérimentation visait à vérifier la disponibilité du débit, la capacité du réseau à tenir la charge, la couverture géographique du service, les conditions de migration du service, etc.

Le 3 février dernier, le Département inaugurait ces deux stations de base, marquant la fin de l'expérimentation et lançant, par la même occasion, le déploiement à l'échelle départementale du réseau en 4G fixe, une première en France.

« La radio constitue une solution de transition intelligente, économiquement et techniquement, vers le Très Haut Débit. Elle permet de ne pas attendre l'arrivée de la fibre optique, qui pourra prendre entre 5 à 10 ans selon les territoires. Notre expertise radio nous a naturellement amenés à nous inscrire dans le cadre de cette expérimentation qui va alimenter notre réponse dans le cadre de la consultation de l'ARCEP sur l'ouverture des nouvelles fréquences dédiées à la 4G fixe » explique David El Fassy, PDG du groupe indépendant Altitude Infrastructure.

Le déploiement à l'échelle départementale 

Le chantier de déploiement du réseau 4G fixe à l'échelle départementale s'achèvera début 2018. Quatre volets sont d'ores et déjà mis en œuvre :

  • le redimensionnement de l'ossature générale du réseau (réseau de collecte et de rapatriement en faisceaux hertziens), géré par Altitude Infrastructure Exploitation ;
  • la bascule des 33 stations de base WiMAX (3,5 Ghz) actuelles sur la technologie 4G fixe et la création de 16 nouvelles stations gérées par Altitude Infrastructure Exploitation ;
  • la montée en débit des 21 stations de base Wifi actuelles et la création de 30 nouvelles, opérées par Alsatis Réseaux dans la bande des 5,4 Ghz (desservant à 30Mb/s) ;
  • la migration des 1 400 clients actuels (changements d'antennes), gérée par Altitude Infrastructure Exploitation et Alsatis Réseaux selon leurs réseaux et expertises respectives.

À terme, ce réseau couvrira près de 37 000 prises éligibles dont le débit est actuellement inférieur à 4 Mb/s.

Vous pouvez tester la qualité du réseau Bouygues Telecom via l'application mobile nPerf disponible sur iOS, Android et Windows Mobile.

FacebookTwitterGoogle+

Articles en relation

comments powered by Disqus