A 13:03 dans Internet, Téléphonie

L’Aquitaine se prépare au défi du très haut débit

21
FEV
2012
Partager cette actu sur :

Logo de la région AquitaineLa région Aquitaine entend bien limiter la fracture numérique sur son territoire. Le Lot-et-Garonne et la Dordogne ont adopté des schémas directeurs pour déployer le très haut débit vers un maximum de foyers. Un projet d’expérimentation d’équipement en fibre optique dans le Grand Bergeracois sera présenté demain par le syndicat départemental d’énergies de la Dordogne.

Les collectivités territoriales sont très concernées par l’arrivée du très haut débit. En effet, l’accès à Internet dans des conditions optimales représente un enjeu important pour l’attractivité des territoires aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels et les entreprises.

Les départements composant la région Aquitaine veulent éviter une nouvelle fracture numérique et entendent bien se doter des moyens nécessaires au déploiement du très haut débit. Après la Gironde et le Lot-et-Garonne, c’est au tour de la Dordogne d’être sous les projecteurs.

Le syndicat départemental d’énergies de la Dordogne (SDE 24) présentera demain un projet d’expérimentation visant à déployer la fibre optique dans une zone rurale mal desservie par le haut débit. Le projet consiste à apporter le très haut débit à 100 foyers situés dans le Pays du Grand Bergeracois. Chiffré à 2 millions d’euros, ce programme sera éligible à un financement par le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural (FEADER).

Plus largement, le SDE 24 a mis en place un SDTAN (Schéma Directeur Territorial d’Aménagement Numérique) visant à couvrir tous les foyers du département en très haut débit. Ce projet ambitieux de raccorder 218 000 prises pour un investissement total de 700 millions d’euros sera présenté au mois de mars aux 84 membres du comité syndical du SDE 24.

Fibre optiqueLe coût est relativement élevé, 2 500 euros par prise, en raison de la superficie du département et de la dispersion des habitations. Le département doit trouver un modèle économique autour de cette infrastructure. Outre la fourniture de l’accès à Internet des foyers, le SDE 24 souhaite également desservir un maximum de points publics.

Comme pour la Bretagne et la région PACA, la création d’un syndicat mixte est envisagée pour piloter le projet. Il regrouperait le Conseil général de Dordogne, les syndicats mixte d’assainissement et d’électricité et les EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale) ainsi qu’une participation du Conseil régional d’Aquitaine.

Si le pilotage du projet se fera au niveau départemental, il est intéressant de remonter au niveau régional pour exploiter et commercialiser ce nouveau réseau. François Gilbert, délégué TIC au Conseil régional d’Aquitaine, indique : « La région est l’échelon pertinent pour attirer les opérateurs privés, qui considèrent que moins de 5% du territoire aquitain est rentable. Ils viendraient acheter les prises au niveau régional. Les recettes ainsi acquises seraient ensuite reversées à juste retour aux structures départementales. »

Les cinq départements ont adopté les SDTAN pour déployer le très haut débit. Une structure de gouvernance régionale est en cours de définition et sera présentée aux élus dans le courant de l’année 2012.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus