A 12:28 dans Fibre optique, SFR

SFR craint un monopole de la fibre optique

26
JUIN
2008
Partager cette actu sur :

logo SFRSFR espère déployer sa fibre rapidement. Frank Esser, PDG de l’opérateur, souhaite une régulation claire pour permettre un développement équitable du très haut débit.

Depuis que SFR a racheté Neuf-Cegetel, l’opérateur devient un acteur de poids dans le domaine des réseaux fixes. Dans une interview accordée au Figaro, Frank Esser, PDG de SFR, s’exprime sur le futur de l’opérateur, notamment sur le déploiement de la fibre optique.

Frank EsserFrank Esser veut faire de SFR un acteur majeur du très haut débit : « SFR veut jouer un rôle de premier plan. C’est un chantier national de très grande envergure. Nous investirons comme doit le faire un opérateur national majeur. Nous voulons proposer, d’ici 5 à 8 ans, l’Internet à très haut débit à 40 % des Français, soit 10 millions de foyers. »

Le pari est osé quand on connaît le coût en temps et le poids financier que représente la construction d’une infrastucture en fibre optique. Frank Esser précise donc que ce chiffre pourrait être atteint si les conditions de régulation, et en particulier la mutualisation, sont optimales. Il en appelle donc logiquement à l’Etat et à l’ARCEP pour fournir un cadre clair et précis du déploiement et de l’utilisation du réseau fibre : « L’opérateur qui installe le premier de la fibre dans un immeuble ne doit pas pouvoir se constituer un monopole sur ses habitants : ce réseau doit être ouvert à tous les concurrents dans des conditions techniques et économiques raisonnables, pas dans des conditions théoriques. La loi de modernisation de l’économie fixe quelques principes, mais confie surtout au régulateur (l’ARCEP) le soin de les préciser. Nous espérons qu’il le fera dès cet été. » Il rejoint en cela les propos de Viviane Reding qui tient à garder un jeu concurrentiel régulé au niveau européen (lire article ici)

Fibre optiqueIl faut rappeler que SFR a absorbé Neuf et bénéficie maintenant de son réseau. Neuf avait commencé à déployer le FTTH sur Paris et sur Pau mais le reste du territoire n’est pas à l’ordre du jour pour le moment. Frank Esser rappelle qu’à Paris, les conditions de déploiement sont facilitées grâce au réseau d’égouts : « Nous avons pu commencer à déployer notre fibre à Paris, qui sera couvert à 100 % fin 2009 ».

SFR se dit prêt à jouer le jeu et à partager ses infrastructures : « Pour couvrir les immeubles qu’elle aura équipés en fibre, SFR proposera à ses concurrents des points de mutualisation regroupant plusieurs centaines de logement ; en gros, ils couvriront un pâté de maison ou quelques rues, ils seront extérieurs aux immeubles pour être plus faciles d’accès. Nos conditions financières favoriseront un partage de l’investissement et donc du risque, sur une longue période. »

Il est évident que, pour atteindre cet objectif, l’ARCEP doit préciser le cadre du déploiement de la fibre optique. Les résultats de la consultation publique lancée à ce sujet (lire article ici) ne devraient par tarder à être connus. Toutefois, Frank Esser regrette l’exception dont fait l’objet Numericable : « Rien ne justifie qu’un opérateur soit doté de droits exceptionnels lui permettant d’échapper aux principes fixés par la loi pour les autres. »

Travaux Fibre
La bataille de la fibre ne fait donc que commencer. Chacun y va de sa petite déclaration de son côté et attend que la régulation se mette en place. Tous les opérateurs tablent sur des millions de foyers raccordés dans quatre ans. Si l’ARCEP parvient à poser les conditions de régulation nécessaires, ils n’auront aucune excuse s’ils n’atteignent pas leurs objectifs.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus