A 15:01 dans Fibre optique

L’ARCEP prépare-t-elle un FTTH à deux vitesses ?

22
AVR
2010
Partager cette actu sur :

Monty PythonL’Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel (Avicca) monte une nouvelle fois au créneau contre une proposition de l’ARCEP. Le régulateur vient en effet de lancer une consultation publique relative aux conditions économiques de l’accès aux infrastructures de génie civil de boucle locale en conduite (fourreaux) de France Télécom.

En mars dernier, l’Avicca évoquait à nouveau la séparation fonctionnelle de France Télécom, jugeant l’accès aux fourreaux de l’opérateur historique trop cher et n’incitant pas à investir dans le déploiement du FTTH.

Or, l’ARCEP vient de lancer une nouvelle consultation publique, du 20 avril au 20 mai, au sujet des conditions économiques de l’accès aux fourreaux de France Télécom et la colère de l’Avicca ne diminue pas.

L’association reproche en effet au régulateur national de privilégier une solution qui ferait varier le coût des lignes de fibre optique en fonction de leur longueur, au lieu du système par répartition qui prévaut aujourd’hui pour le réseau cuivre.

Ce mode de calcul pourrait alors avoir un impact sur le prix des abonnements, qui serait plus élevé à la campagne qu’en ville, en zone peu dense qu’en zone dense.

Fibre optiqueLes collectivités territoriales, qui multiplient les initiatives afin d’apporter le haut débit à leurs administrés là où les opérateurs refusent d’investir, comme c’est par exemple le cas en Ille-et-Vilaine, rejettent en bloc ce système qui favoriserait la constitution d’une nouvelle fracture numérique, dans le très haut débit.

L’Avicca appelle donc l’ARCEP à revoir sa position sur la question. Les conclusions de la consultation publique seront tirées dans un peu plus d’un mois et seront déterminantes pour l’avenir du FTTH.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus