A 10:08 dans Fibre optique

Fibre optique : l’AVICCA dénonce l’attitude du gouvernement

3
AVR
2012
Partager cette actu sur :

Logo AviccaLe rapport de l’Idate commandé par le Centre d’Analyse Stratégique fait couler de l’encre. L’AVICCA tire la sonnette d’alarme. Selon l’association, le bilan du déploiement du très haut débit révèle que la France prend du retard en raison d’un modèle économique contestable mais le gouvernement n’en tire aucune conclusion.

« Rien à signaler, circulez ! », C’est par ces mots que l’AVICCA, l’Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel, résume l’attitude des pouvoirs publics devant le rapport de l’Idate commandé par le Centre d’Analyse Stratégique.

Dans son rapport, l’Idate compare les différents modèles de développement du très haut débit dans différents pays. Elle explique que si la France est très en retard par rapport aux autres pays, c’est en partie dû à l’excellente qualité de son réseau haut débit. Les consommateurs ne voient pas assez de différence entre l’ADSL et la fibre optique pour l’adopter. Enfin, chaque pays a opté pour un modèle de financement de ses infrastructures différent, la France ayant fait le choix de s’en remettre aux acteurs privés et de faire jouer la concurrence.

Fibre optiqueDans son communiqué, l’AVICCA ne manque pas de rappeler que ce rapport ne fait que confirmer ce que disent le rapport MASON sur le très haut débit et le classement du FTTH Council fin 2011. Pourtant, malgré tous ces résultats accablants pour la 5ème puissance mondiale (notre réseau très haut débit est au 17ème rang en Europe devant la Turquie mais derrière la République Tchèque), le gouvernement n’en tire aucune conclusion et surtout n’envisage pas de changer de modèle économique. « Il n’y a pas de marché, mais continuons à confier l’initiative aux acteurs du marché… » écrit ironiquement l’AVICCA.

Pour l’AVICCA ces rapports ne font que confirmer que la solution choisie par les pouvoirs publics est injuste notamment pour les zones rurales et que la solution d’un financement au niveau national s’impose.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus