A 13:25 dans Fibre optique

L’AVICCA dénonce le plan de Free

20
SEP
2012
Partager cette actu sur :

logo freeL’annonce de Free concernant l’intensification du dégroupage et le déploiement du FTTH fait bondir Yves Rome. Le président de l’AVICCA estime que Free théorise la France à deux vitesses.

L’annonce de Free concernant la réduction de la fracture numérique n’est pas passée inaperçue. Il faut dire que l’opérateur n’y est pas allé avec le dos de la cuillère en affirmant que ses initiatives permettaient « d’améliorer rapidement la couverture numérique du territoire (généralisation des offres dégroupées, résorption des zones blanches) et de poursuivre l’effort de déploiement du FTTH de manière efficace (réseaux partagés), sans taxes et avec peu d’argent public. »

Voilà une affirmation qui a suscité un certain étonnement au sein de l’AVICCA. Yves Rome, président de l’association, n’a pas tardé à réagir en publiant un communiqué titré « Free théorise la France à deux vitesses »

Déploiement de l'ADSLLe sénateur de l’Oise s’interroge : « De quoi s’agit-il ? D’apporter la fibre optique et le Très haut débit dans des grandes villes d’un côté, et le simple haut débit dans quelques zones blanches de l’autre, et ce plus de dix ans après que les grandes villes en aient bénéficié. Leurs habitants, professionnels, services publics sont-ils des utilisateurs de seconde zone ? »

L’AVICCA dénonce la mauvaise foi de Free sur le passage concernant le peu d’argent public nécessité pour ces initiatives. Yves Rome explique : « Evidemment, il n’est pas très difficile d’écrémer les zones rentables en fibrant les grandes villes et de laisser les collectivités supporter la quasi-totalité des coûts dans les opérations dites « NRA-MED » ».

Yves Rome insiste sur le fait que de nombreux coûts de ces NRA-MeD sont à la charge des collectivités (collecte fibre, armoire, électricité…) et sont prélevés dans les impôts locaux : « Pour traiter quelques dizaines ou centaines de lignes, il en coûte entre 120 et 200.000 euros de travaux, contre quelques milliers d’euros d’équipements. »

Le message du président de l’AVICCA est clair : Free annonce qu’il va faire un effort sur la montée en débit alors que derrière ce sont les collectivités qui en supporteraient la charge. Mais Yves Rome critique également l’inégalité de traitement entre les grandes agglomérations qui vont voir arriver la fibre et les zones rurales qui vont se contenter du dégroupage et des NRA-MeD. Il conclue d’ailleurs son communiqué par une petite pique lancée à Free : « La fibre pour les uns, le simple haut débit et des impôts pour les autres, est-ce un modèle ? Pour un opérateur privé, visiblement oui. Pour les citoyens, non. »

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus