A 11:34 dans Fibre optique

FTTH : l’AVICCA dénonce un manque de cohérence

21
OCT
2009
Partager cette actu sur :

Ordinateur cloisonDans un communiqué en date du 19 octobre 2009, l’Association des Villes et Collectivités pour les Communications électroniques et l’Audiovisuel (AVICCA) réclame des Etats généraux du très haut débit afin de mettre de l’ordre dans les propositions.

L’AVICCA n’a pas sa langue dans sa poche et a l’habitude d’appuyer là où ça fait mal. Ainsi, l’association a été l’une des premières à dénoncer les modalités de passage au tout-numérique, bien avant qu’une poignée de députés ne se saisissent de l’affaire.

Cette fois-ci, elle s’attaque à l’épineuse question du très haut débit. Alors que le dossier du FTTH semble se débloquer ces derniers jours, notamment avec le choix de la solution multi-fibres dans les zones très denses, l’AVICCA s’inquiète plutôt du manque de cohérence des diverses mesures prises ça et là.

Ordinateur salle informatique« Le législateur institue des schémas directeurs départementaux et un fonds d’aide pour les collectivités. L’ARCEP tente d’élaborer des règles de mutualisation entre opérateurs privés ou publics. Deux anciens Premiers ministres planchent sur l’emploi du grand emprunt. La Caisse des Dépôts a pour mission d’essayer de monter une mutualisation entre opérateurs mais seulement sur les zones rentables. Les cabinets ministériels et présidentiels auditionnent et en privé, on évoque la création de sociétés régionales sous impulsion de l’Etat en même temps qu’un amendement gouvernemental permet la création de sociétés d’économie mixte à capitaux publics locaux minoritaires… »

Or, l’AVICCA constate que le Comité pour la couverture numérique du territoire, créé en juin 2008 et associant l’Etat, des parlementaires et les associations de collectivités territoriales, ne s’est jamais réuni.

Ordinateur classe écoliersAfin de garantir le déploiement du très haut débit pour tous, l’AVICCA réclame donc la tenue d’Etats généraux qui permettraient l’ouverture d’ « un espace public de débat, sous l’égide de l’Etat, entre toutes les parties prenantes, afin d’aboutir à une décision claire et qui donne une impulsion à l’ensemble des acteurs : ministères, régulateur, collectivités de tous niveaux, opérateurs, équipementiers, constructeurs de réseaux, gestionnaires d’immeubles, représentants des consommateurs ».

Ces échanges publics seraient l’occasion de fixer des « objectifs nationaux essentiels » et d’apporter un semblant d’unification à des actions peu lisibles les unes par rapports aux autres.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus