A 18:38 dans Internet, Téléphonie

Completel : vers une nouvelle utilisation des réseaux

14
JUIN
2010
Partager cette actu sur :

Logo CompletelA l’occasion de la venue à Lyon de Thierry Podolak, directeur général de Completel, nous avons pu nous entretenir avec lui. Plusieurs points intéressants ont été évoqués, notamment les futures perspectives de développement de l’opérateur dans le domaine des data center ou de la vidéo.

Completel est un opérateur spécialisé dans les services aux entreprises. Créé en 1998, l’opérateur affiche aujourd’hui une santé de fer puisqu’il est le troisième opérateur fixe B-to-B (business to business, soit d’entreprise à entreprise) et le premier opérateur alternatif en fibre optique de France. Avec un chiffre d’affaires de 395 millions d’euros en 2009 malgré un contexte économique difficile, Completel espère profiter des besoins en très haut débit des entreprises pour accroître son développement dans les années à venir.

Thierry PodolakSelon l’opérateur, 75 % des entreprises auront besoin du très haut débit dans les trois prochaines années. Thierry Podolak (photo ci-contre) nous explique : « Internet devient une immense boîte à outils pour les entreprises, on ne se limite plus aux mails. » En effet, entre les sauvegardes de données, les applications en ligne ou la digitalisation des supports, les besoins des entreprises en termes de réseaux sont de plus en plus grands. Les grandes entreprises ne sont pas les seules à faire face à cet enjeu, les PME sont également concernées, comme en témoigne le succès de l’offre Completude Max.

Completel souhaite justement répondre aussi bien aux besoins des grands groupes ou des services publics qu’à ceux des entreprises plus réduites. Pour cela, il s’appuie notamment sur un contact très fort avec les acteurs locaux grâce à sa quinzaine de directions régionales. Pour Thierry Podolak, ces points d’ancrage sont un atout majeur : « Nous sommes l’antithèse d’un modèle hyper centralisé. Ces directions régionales sont des moteurs de proximité avec les collectivités, les services publics et les entreprises. Cela nous permet d’avoir une croissance très homogène sur tout le territoire. »

La direction régionale Centre-Est fut la première créée en 1998. Philippe Jamet, Directeur des Ventes Centre-Est, nous indique qu’elle regroupe 25 départements et fournit des services à un grand nombre de PME extra-régionales et à quelques grands comptes. Parmi les clients de l’opérateur les plus connus dans la région, nous trouvons notamment les Hospices Civils de Lyon, Renault Trucks, Groupama, April, Bayer ou encore Sanofi. D’autres directions sont présentes à Nantes, Bordeaux, Lille ou encore Toulouse et Completel compte bien s’appuyer sur tout ce maillage pour progresser.

OrdinateurLe secteur du B-to-B offre en effet des perspectives de croissance peu communes. Le marché totalise environ 10 milliards d’euros par an. L’opérateur historique détient à peu près 80 % de parts de marché. Mais, avec l’ouverture à la concurrence, le chiffre de France Télécom baisse de façon continue et devrait atteindre 60 % à moyen terme.

Thierry Podolak y voit « une vraie opportunité de développement car, actuellement, nous détenons 5 % de parts de marché avec une infrastructure qui couvre 60 % de l’économie française. » Completel ne compte pas ménager ses efforts pour récupérer les parts de marché de l’opérateur historique. Comment ? C’est ce que nous allons découvrir.

fibre optiqueCompletel doit son succès à une énergie déployée dans son cœur de métier : les réseaux optiques. En effet, contrairement à ses concurrents, l’opérateur s’est très vite intéressé aux agglomérations en dehors de l’axe Paris-Lyon-Marseille pour y déployer la fibre optique. Ainsi, Completel peut aujourd’hui proposer son offre FTTO (Fiber to the Office, soit fibre optique jusqu’au bureau) dans cinquante agglomérations.

Thierry Podolak nous explique que les besoins des entreprises ont évolué de façon spectaculaire au cours de la dernière décennie : « Il y a 10 ans, quand un grand groupe bancaire a décidé de mettre une salle de back office à Nantes, Completel a créé un Lan-to-Lan entre Paris et Nantes. A l’époque nous proposions un débit de 10 Mb/s pour ces liaisons point-à-point. Aujourd’hui ces besoins-là sont décuplés par les usages, notamment par la révolution des architectures informatiques. Le 10 Mb/s a disparu au profit du 100 Mb/s et on constate déjà une belle avancée du 1 Gb/s. »

Datacentre Et l’appétit des entreprises en termes de réseau devrait encore grossir. A ce titre, Completel envisage plusieurs pistes de développement dont celle des data center. Avec le cloud computing (applications et données ne sont plus hébergées sur un poste local mais disséminés sur des serveurs interconnectés), le visage des réseaux est en train de changer.

En outre, la politique des entreprises en matière de nouvelles technologies évolue. Avant, une entreprise installait généralement un serveur par site et les mettait en réseau. Maintenant, la tendance va vers un unique centre de production informatique avec une équipe technique sur place et la propagation d’applications et de services sur le réseau vers les différents sites.

docverse applicationLe succès de l’utilisation des applications en mode SaaS (software as a service ou logiciel en tant que service, permettant d’externaliser la gestion de système d’informations) et du cloud computing demande des réseaux de plus en plus solides et réactifs. L’arrivée de versions en ligne d’Office ou de Google Apps devrait amplifier le phénomène. L’opérateur compte donc profiter de cet essor et réinvestir fortement sur l’activité data center, en proposant des solutions d’hébergement adaptées et en fournissant l’infrastructure réseau nécessaire.

L’autre domaine que Completel regarde avec attention est celui du transport de la vidéo. L’opérateur a déjà un pied dans le secteur avec son offre Hospitality mais l’essor de la vidéosurveillance, appelée aujourd’hui vidéoprotection, et le développement de la visioconférence devraient être des leviers supplémentaires pour la croissance des réseaux. Thierry Podolak entend bien profiter de la présence des réseaux optiques en zones urbaines pour y connecter les caméras qui devraient fleurir dans nos rues d’ici quelques années.

SmartphonesLe troisième élément sur lequel compte jouer l’opérateur dans les années à venir est le data mobile. Completel fournit déjà de la convergence fixe-mobile dans ses offres Completude grâce à un contrat avec Bouygues Telecom mais la demande n’est pas encore forte et se concentre plutôt sur des offres fixes. Une grande partie des appels mobiles sont passés depuis le site de l’entreprise et les clients B-to-B sont surtout gourmands en data. Thierry Podolak nous explique donc qu’il y a de grandes chances pour que Completel arrive sur ce créneau même si la forme que cela prendra est encore à définir.

L’opérateur semble avoir l’art de deviner la façon dont vont évoluer les usages des réseaux. Si Completel a vu juste en devançant les besoins en débit dans les moyennes et grandes agglomérations, il voit l’avenir dans la généralisation du cloud computing et dans le développement de la vidéo. Les prochaines années nous diront si le flair de l’opérateur est encore efficace.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus