A 11:04 dans Internet

Le gouvernement dévoile son plan anti-cybercriminalité

15
FEV
2008
Partager cette actu sur :

OrdinateurLa ministre de l’Intérieur a annoncé les mesures du plan anti-cybercriminalité pour lutter contre l’escroquerie, la pédopornographie ou l’incitation au terrorisme.

C’est à l’occasion d’une visite à l’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l’Information et de la Communication (OCLCTIC) que Michèle Alliot-Marie a présenté hier le plan d’action contre la cybercriminalité. Ce vaste programme devrait s’attaquer à un large éventail des actions cybercriminelles : pédopornographie, incitation à la haine raciale, fraudes à la carte bancaire, escroquerie, aide à la fabrication d’engins explosifs, apologie du terrorisme…

Michèle Alliot-MarieL’une des grandes lignes sera la création d’une plateforme de signalement automatique en septembre 2008. Cette création aura pour but de recueillir toutes les alertes liées aux contenus illicites alors que, jusqu’à présent, les FAI servaient de relais et envoyaient les plaintes à l’OCLCTIC. La nouvelle plateforme devrait accélerer le rythme de traitement de ces signalements puisque l’Office transmettra directement les dossiers à la justice après vérification des faits.

L’autre grande évolution de ce plan concerne le renforcement des perquisitions. Sous contrôle d’un juge, un enquêteur peut intercepter les données au moment où elles s’affichent sur l’écran d’un pédophile ou d’un terroriste. Pour renforcer les dispositifs de surveillance et de lutte, les effectifs de cyber-enquêteurs seront doublés, aussi bien au sein de la police que de la gendarmerie. Par ailleurs, une section spécialisée dans l’escroquerie sur Internet sera créée. Ce type de délit devenant de plus en plus élaboré, avec des ramifications et des réseaux de plus en plus complexes, la lutte contre l’escroquerie requiert à la fois des compétences techniques et des moyens accrus pour démanteler des réseaux très organisés.

Toujours au niveau des perquisitions, la ministre veut également développer la coopération internationale, notamment en Europe grâce à la présidence française qui débute en juillet et qui fournira un élan certain pour ce projet. Michèle Alliot-Marie ne cache pas son ambition de profiter de cet événement pour finaliser son plan : « Je proposerai donc, lors de la présidence française de l’Union Européenne, la mise en place d’accords internationaux permettant la perquisition à distance informatique sans qu’il soit nécessaire de demander au préalable l’autorisation du pays hôte du serveur. »

Big Brother is watching youMême si la lutte contre la criminalité sur Internet est une nécessité, ce type de mesures est à surveiller de près. Tant qu’ils concernent les délits graves telles que le terrorisme ou la pédophilie, les moyens développés restent utiles mais il faut se méfier des applications que cette surveillance pourrait engendrer. La ministre tient d’ailleurs à rassurer : « Il ne s’agit pas de surveiller à la Big Brother. Il s’agit de protéger les utilisateurs d’Internet. » Mais l’argument majeur de Big Brother était justement la protection…

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus