A 13:27 dans Fibre optique

Le Grand Lyon en lutte contre la fracture numérique

30
JUIN
2010
Partager cette actu sur :

Logo LyonLe 28 juin fera date dans l’Histoire de l’Internet lyonnais. Le Grand Lyon a adopté une délibération qui fait du très haut débit une nouvelle compétence communautaire. Pour lutter contre la fracture numérique, la communauté urbaine de Lyon a programmé 35 millions d’euros pour apporter l’accès au très haut débit aux résidents dans les secteurs les moins denses. L’objectif est de connecter 300 000 foyers d’ici 2019.

Avec des technologies de plus en plus gourmandes en débit comme la télévision en haute définition, la télévision en 3D et les jeux vidéo en ligne, le très haut débit va vite devenir incontournable. Or, sur l’agglomération lyonnaise 30 % des habitants n’ont pas accès à la fibre optique ou au câble. De plus, comme ils résident dans des zones faiblement peuplées (donc peu rentables), ils ne font pas partie des préoccupations des opérateurs.

Fibre optiquePour ne pas créer d’exclus du numérique, le Grand Lyon (la communauté urbaine de Lyon qui regroupe 57 communes et 1,3 million d’habitants) envisage de dépenser 35 millions d’euros pour apporter le très haut débit sur les zones résidentielles et périurbaines. A titre de comparaison, Orange envisage de dépenser 2 milliards pour le déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire.

Actuellement, 70 % de la population est couverte grâce à l’investissement du département qui a créé en 1995 l’Etablissement Public pour les Autoroutes Rhodaniennes de l’Information (EPARI). Ce projet s’étalera sur 9 ans et coûtera au total 90 millions d’euros. « Nous voulons assurer une équité sur l’ensemble de l’agglomération et que l’ensemble des abonnés puissent y avoir accès » a déclaré Karine Dognin-Sauze, vice-présidente chargée de l’innovation et des nouvelles technologies.

Pancarte très haut débit de NumericableSi ce projet est coordonné par le Grand Lyon, ce sont les opérateurs privés qui prendront en charge les travaux de câblage de la fibre optique. Orange câblera Rillieux, La Mulatière, Bron Caluire et Sainte Foy alors que SFR se concentrera sur Lyon intra-muros. Quant au câble, Numericable a procédé à la modernisation du réseau EPARI et aux raccordements des zones d’ombre.

Avec un tel investissement, la communauté urbaine de Lyon a compris les enjeux du très haut débit, tant sur le plan économique que social. «  Nous allons devoir répondre à une demande croissante, le très haut débit représente un levier pour notre compétitivité et notre attractivité […] C’est un enjeu à la fois pour le développement économique et pour le développement du réseau sociétal. » estime Karine Dognin-Sauze.

D’ici environ 10 ans, 300 000 foyers supplémentaires auront accès au très haut débit. Un délai un peu long s’ils veulent regarder la télévision en 3D.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus