A 13:24 dans Free

Edito de février : Free, transformateur ou révélateur de marché ?

1
MAR
2013
Partager cette actu sur :

Photographe dans une chambre noireAu lendemain des chiffres publiés par Iliad, plusieurs questions viennent à l’esprit. L’opérateur a certes dynamisé le marché du mobile mais a-t-il vraiment bouleversé le secteur ? Il semble plutôt qu’il a révélé une tendance de fond que ses concurrents ne voulaient pas voir.

Les opérateurs ont communiqué leurs chiffres pour l’année 2012. Alors que les trois ténors du mobile parviennent difficilement à sauver les meubles, Free affiche une croissance record. Certes le flou demeure sur la viabilité de ses offres sur le long terme face aux investissements à réaliser mais il faut reconnaître que le trublion a bien réussi son coup.

Cellphone boucheIliad est en effet parvenu à créer un nouveau levier pour son activité et à s’attirer les faveurs de quelques 5 millions d’abonnés en un an. Certains diront qu’il a transformé le marché ou qu’il a cassé la chaîne de valeur d’un secteur mais soyons plus modeste. Free n’est absolument pas venu en rupture sur le marché, il a simplement répondu à une attente du marché que les autres acteurs ne voulaient pas voir.

Bien entendu, amener le tarif à la baisse est l’une des clés mais d’autres éléments ont permis à Free de s’imposer. Comme sur tout marché qui arrive à maturité, l’offre doit se simplifier. Les éléments différenciant ne doivent plus se faire sur des petits détails de catalogues mais sur de réels positionnements stratégiques.

Les opérateurs mobiles historiques n’ont pas voulu accompagner cette évolution du marché et ont tenté d’imposer au maximum leurs centaines de déclinaisons d’offres avec options diverses et variées. Du coup, on a l’impression que l’arrivée de Free crée une rupture sur le marché alors qu’elle recale simplement l’offre sur une demande qui était insatisfaite.

Vieux téléphone On aurait presque l’impression de retrouver la même histoire que celle des majors de la musique et du marché de la musique en ligne. Les maisons de disques, refusant de voir l’évolution des modes de consommation de la musique, se sont retrouvées en total décalage avec leur cible. Les opérateurs télécoms ont failli suivre le même chemin, mais heureusement, l’arrivée de Free Mobile leur a permis de rectifier le tir avant d’être totalement has been. Merci qui ?

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus