A 8:55 dans Internet, Marques, Microsoft

L’Express du lundi : une amende pour Microsoft et un clap de fin pour Beezik

11
MAR
2013
Partager cette actu sur :

Train Express

Au cours de la semaine précédente, deux informations ont attiré notre attention : Microsoft écope d’une amende de 561 millions d’euros de la Commission européenne et l’aventure se termine pour le site Beezik.

Bruxelles inflige une amende de 561 millions d’euros à Microsoft

Microsoft vient d’écoper d’une amende de 561 millions d’euros. La Commission européenne a infligé cette sanction à la firme de Redmond pour non-respect de ses engagements concernant le choix des navigateurs Internet.

L’affaire remonte à 2009. Suite aux inquiétudes de Bruxelles à propos de l’abus de position dominante d’Internet Explorer sur le marché des logiciels de navigation, Microsoft avait proposé de mettre en place un écran de choix de navigateur dans ses systèmes d’exploitation (Windows XP, Vista et 7).

Internet Explorer 9Or, il s’avère que Microsoft n’a pas respecté cet engagement. Durant plus d’un an, les possesseurs de Windows 7 SP1 n’ont pas eu le fameux ballot screen permettant de choisir facilement un autre logiciel qu’Internet Explorer. L’éditeur de logiciel invoque une erreur technique et s’est d’ailleurs excusé pour ce dysfonctionnement.

En condamnant Microsoft, la Commission souhaite rendre compte « de la gravité et de la durée de l’infraction, de la nécessité de lui conférer un effet dissuasif ». La firme de Redmond bénéficie toutefois de « circonstances atténuantes » dues à sa coopération.

Beezik met la clé sous la porte

Beezik, le premier site français de téléchargement légal et gratuit de musique va fermer ses portes. Son modèle, qui consistait à laisser ses membres télécharger de la musique en échange d’un visionnage de publicités (pour télécharger un titre, les internautes doivent regarder deux vidéos publicitaires), est à peine parvenu à l’équilibre.

MusiqueSa maison mère eBuzzing a préféré jeter l’éponge expliquant qu’elle ne peut garder un service insuffisamment rentable. Malgré ses trois millions de membres, et ses deux à trois millions de titres téléchargés chaque mois, Beezik n’a pas atteint un volume d’abonnés suffisant notamment en raison des freins mis par les majors du disque qui ont contenu cette plate-forme au marché français.

La fermeture de Beezik risque d’être problématique pour ses membres. En raison de titres comportant des DRM, ils risquent de les perdre puisque Beezik exigeait que les abonnés se connectent au moins une fois par mois. Mais il reste un espoir. Jean Canzoneri, le cofondateur de Beezik, assure négocier avec les ayants-droit pour que ses membres conservent leurs fichiers. Enfin, il se murmure que la plate-forme pourrait être rachetée.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus