A 11:43 dans Internet, Téléphonie

Le FBI envisage de couper Internet le 8 mars

21
FEV
2012
Partager cette actu sur :

Infected virusLe FBI est-il devenu la police du net ? D’ici le 8 mars prochain, l’agence de renseignement américaine envisage de couper des accès Internet à des millions d’internautes pour mettre fin au cheval de Troie DNSChanger.

Depuis l’arrestation de Kim Schmitz, le fondateur de Megaupload, le FBI n’hésite plus à montrer son pouvoir sur le net. La célèbre agence de renseignement intérieur américaine est désormais en guerre contre le cheval de Troie DNSChanger. Pour mettre un terme à ce à ce logiciel malveillant présent sur le web depuis 2006, le FBI envisage de fermer temporairement des serveurs d’ici le 8 mars prochain.

agent du FBIDNSChanger est un malware qui convertit les noms de domaines des sites que vous visitez en une autre adresse IP que celle définie. Il est très présent sur des sites pornographiques en se faisant passer pour un codec vidéo. Une fois téléchargé et installé sur l’ordinateur, il change les paramètre DNS et vous redirige vers d’autres sites que ceux que vous désirez. Si vous entrez des informations personnelles sur ces sites malveillants, cela s’apparente à du vol d’identité. DNSChanger serait encore présent sur 500 000 machines. La France en compterait 10 000.

Cette nouvelle opération vient à la suite du coup de filet porté à un groupe de pirates estoniens au mois de novembre 2011. Lors de l’opération Ghost Click menée par la police estonienne et le FBI, six personnes soupçonnées d’avoir infecté 4 millions d’ordinateurs avec DNSChanger et d’avoir engrangé 14 millions de dollars ont été arrêtées.

Il n’est pas certain que cette mesure radicale mette un terme à ce cheval de Troie si les internautes infectés ne nettoient pas leur machine. A moins que le FBI possède les moyens de s’inviter sur nos ordinateurs. Avec les révélations de ces derniers temps, cela ne nous étonnerait qu’à moitié.

FacebookTwitter

FacebookTwitter

Articles en relation

comments powered by Disqus